"François Hollande ne lâche rien"

  • A
  • A
Caroline Roux est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Le Président ne veut pas transformer son rêve d'inverser la courbe du chômage en vœu pieux. Il garde le cap.

L’Info politique, ce matin, c’est avec vous, Ludovic Fau… Et vous nous parlez des vœux de François Hollande… Demain soir, le Président s’adressera aux Français à travers la traditionnelle allocution télévisée du 31 décembre… Pour leur dire quoi ?

 

Ø Eh bien ce que François Hollande va dire – ou plutôt redire – aux Français, c’est que la bataille contre le chômage est – plus que jamais – sa priorité absolue !

     Pour l’instant et jusqu’à cet après-midi, le chef de l’Etat est en déplacement en Arabie Saoudite. C’est donc à son retour à Paris qu’il rédigera son allocution. Mais le Président a bien sûr déjà réfléchi au message qu’il veut adresser aux Français. Et pour en avoir parlé avec l’un de ces conseillers, je peux vous dire que François Hollande veut montrer qu’il garde le cap !

     Le risque, évidemment, c’est de donner l’impression qu’il fait du sur place, Puisqu’il y a presqu’un an, le 31 décembre 2012, le Président s’était déjà fixé comme objectif d’inverser la courbe du chômage d’ici à la fin de cette année. Sauf que pour l’instant, le compte n’y est pas !

     Eh bien, justement, François Hollande veut en profiter pour montrer qu’il ne lâche rien, que le rêve de l’an dernier ne s’est transformé en vœu pieu et qu’il reste persuadé qu’après avoir freiné la hausse du chômage, sa politique commence à le faire reculer.

     « Vous savez, m’a glissé un proche du chef de l’Etat, c’est parce que la bataille pour l’emploi est difficile, qu’on pourra parler de succès lorsque l’objectif sera atteint !»

 

Ø L’emploi, priorité des priorités, donc. Est-ce que demain soir, François Hollande fera des annonces. Sur ce thème là ou sur d’autres sujets ?

 

Ø Non ! Sauf surprise, y aura pas d’annonce majeure demain soir. L’objectif des vœux, c’est plutôt d’adresser un message de « combat et de confiance ». C’est ce que m’a dit un conseiller du Président.

   

     Et puis, pour François Hollande, ces vœux seront aussi l’occasion de tourner la page d’une année difficile. Il ne devrait donc pas trop s’attarder sur le bilan de 2013. Mais plutôt tracer des perspectives pour entrer dans ce qui sera peut-être l’année charnière de son quinquennat.

    

     « 2014, sera encore une année d’efforts, m’a expliqué un ministre proche du chef de l’Etat. Mais c’est aussi l’année qui doit permettre de passer du redressement au changement ».

 

Ø  La semaine dernière, les chiffres du chômage ont fait l’effet d’une douche froide pour le gouvernement. Cette allocution de demain, elle peut permettre à François Hollande de rebondir ?

 

Ø Bien, demain soir, le Président tentera de regagner la confiance des Français. Le problème, c’est que l’an dernier, en se fixant un calendrier pour inverser la courbe du chômage, François Hollande s’est mis dans un piège.

 

Et même s’il ne le montre pas, il sait que le mauvais résultat de la semaine dernière, 17 800 chômeurs de plus pour le mois de novembre, je vous le rappelle, il sait que ce mauvais résultat a abîmé (encore un peu plus) sa crédibilité.

 

Alors, évidemment, demain soir, le chef de l’État ne doit pas rater son rendez-vous avec les Français. D’autant que l’année prochaine, le verdict ne viendra ni des enquêtes d’opinion, ni des commentaires des médias, mais des Français eux-mêmes. Avec deux sondages grandeur nature. Je veux bien sûr parler des élections municipales et européennes qui auront lieu au printemps.