Chômage : "on a pris du retard"

  • A
  • A
Caroline Roux est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La promesse de François Hollande d'inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année a été délicatement repoussée.

C'est l'engagement majeur du chef de l’État. Celui qu'il a répété sans discontinuer depuis des mois : l’inversion de la courbe du chômage qui se fera avant la fin de l'année... Bonjour Caroline Roux... On n'a pas besoin de vous pour savoir que la fin de l'année c'est dans un mois et demi... En revanche, vos infos nous intéressent... Et vous êtes en mesure de nous dire ce matin que non, cette fameuse inversion de la courbe ne pourra pas se faire à temps...  

C’est mécanique...c’est même un des plus proche collaborateur du président qui l’explique « on a pris du retard avec le Bug de SFR et le rebond du chômage cet automne »...en clair les bonnes nouvelles seront pour le premier trimestre.

Cela a été fait très habilement mais le calendrier a bel et bien été repoussé en douceur. Comme le dit un homme de l’ombre « le 31 décembre à 20 heures François Hollande ne pourra pas s’adresser aux français et leur annoncer qu’il a gagné cette bataille ». Lorsque vous abordez ce sujet...au sommet de l’exécutif ou avec les ministres concernés vous avez droit à un tir de barrage : l’objectif est maintenu, « rien de nouveau à ce stade ». Malgré l’avis de Bruxelles...les techniciens de Matignon s’en tiennent à leur boussole qui indique que c’est encore possible... Ils savent qu’entre décembre et mars...car il y aura la conjonction de 2 éléments : les fruits des 100 000 emplois aidés et un effet démographique avec un nombre important de départs en retraites...

 

Donc on a compris qu’ils inverseront peut être la courbe du chômage. Mais ce sera pour plus tard ! Est ce que ça, ça suffit à rassurer les troupes...   

Si le gouvernement est sur de lui...les troupes comme vous dites sont sceptiques ...L’un des piliers de la majorité, raconte qu’il a évoqué avec le président récemment l’hypothèse d’un chômage qui resterait à la hausse, il lui a proposé une porte de sortie : si ça ne marche pas il faut en faire un levier politique pour dire on change les équipes ou le cap. Un élu écologiste résume la tonalité générale «  un succès statistique, ne fera pas un succès politique... Pour que dans chaque famille française on sente une amélioration...il faudra du temps et de la croissance, le reste ce sont des projections de technos ».

Il faut pas être de mauvaise foi non plus : Si François Hollande arrive à son objectif, même s'il a quelques mois de retard,  ce sera quand même à mettre à son crédit...

Naturellement...le président aurait pu se contenter de dire ma priorité c’est l’emploi...il s’est piégé en se braquant sur un calendrier précis… pour démontrer qu’il savait ou il allait. 

François Hollande  n’est pas le seul à avoir fait cette erreur. Nicolas Sarkozy avait promis lui aussi 5% de chômage à la fin de son quinquennat... la suite on la connaît.