Diva Faune : "une musique élégante et à forte contenance émotionnelle"

  • A
  • A
Diva Faune : "une musique élégante et à forte contenance émotionnelle"
Partagez sur :

Découvrez Diva Faune et leur univers qu'ils décrivent comme "un mélange entre Puggy, Bowie et Queen".

En combo rock d’abord, en duo désormais, Diva Faune s’est forgé une solide réputation scénique dans l’agglomération lyonnaise. En 2010, le tremplin du Festival Fallenfest lui permet d’enregistrer un premier album, sorti l’année dernière. Rolling séduit par sa structure et son refrain planant.

Diva Faune interprète Rolling dans les studios d'Europe 1 :



DIVA FAUNE - Rollingpar Europe1fr

Diva Faune en 10 questions :

Quel public détestez/ redoutez-  vous de rencontrer ?

Yogan : Je dirais, un genre de public méprisant?

Jéremy : Ouais, le genre qui s'est trompé et pensait venir voir un match de foot avec du Black Eyed Peas à fond.

Votre public rêvé ?

Jérémy : Un stade rempli de filles de l'Est nymphomanes…

Yogan : … qui sortiraient, disons, d'un bunker dans lequel elles auraient été enfermées pendant des mois.

Comment décririez-vous votre musique ?

Yogan : Allez on n'continue pas de faire les réponses à deux comme les frères Bogdanov ? J'te laisse la faire tout seul celle là, je sens de bonnes ondes qui t'habitent. 

Jérémy : [silence] Comme du Poween, un mélange entre Puggy, Bowie et Queen.

Yogan : Respect mec ! Mes amitiés à toute ta famille.

La musique pour vous c’est …

Jérémy : Un moyen d'expression, une forme de soi qu'on révèle à une audience, un plaisir qui se renouvelle en permanence.

Yogan : Parfait, bon, je vais me chercher un café! je reviens.

D’où vient votre nom de scène ?

Yogan : Attends...Il vient de l'envie de faire une musique à la fois élégante et à forte contenance émotionnelle. J'aime peindre musicalement toute une faune d'émotions, de sentiments, … "d'imperfectitude" (oui je vote à gauche, désolé) : il est clair que nous sommes tous pleins de choses à la fois, comme la diva et ses putains de caprices. 

Jérémy : T'avais pas dit que t'allais chercher les cafés ? 

Yogan : J'ai dit "UN café".

Vous êtes plutôt du genre à vous relever facilement d’une critique ou vous êtes à chaque fois au bord d’envoyer votre guitare (ou autre) contre le mur ?

Jérémy : Je suis invincible. Tu le sais, je le sais, passons à autre chose.

Yogan : Je suis parti 1 minute 20, t'as dis que des hérésies c'est ça ? 

Jérémy : Même pas.

Qu’est-ce qui vous touche le plus quand on vous parle de votre musique ?

Jérémy : Quand des compliments sortent de la bouche d'un Mr tout le monde, le même à qui on injecte de la merde...

Yogan : Biiiiipp ! Ah, trop tard…

Jérémy : …dans les oreilles en permanence. Ça veut dire que notre musique touche un large public, et que ce qu'elle évoque peut être ressenti par le plus grand nombre.

Yogan : Je pense que Jérémy ne parlait évidemment pas d'Europe 1... Tenez voici la carte de notre avocat.

Docteur Jekyll et M. Hyde : vous sur scène et vous dans la vie, c’est différent ? Un peu, beaucoup, pas du tout ?

Jérémy : Complètement. Dans la vraie vie je suis plutôt extraverti, avec la tchatche facile, et sur scène je laisse Yog se charger de la communication *rires* C'est fou ce que la scène peut créer !

Yogan : De mon côté justement, c'est plutôt que j'arrive enfin à une certaine forme de naturel. J'en ai fini avec le côté "On fait tourner les serviettes" à tout prix, je laisse ça à Cyril Hanouna qui est bien plus compétent que moi. J'ai mis du temps pour réaliser que ça ne correspondait pas à ma personnalité. Même avec notre répertoire d'avant qui était plus rock et que j'aime toujours, je me suis rendu compte que, en essayant de provoquer l'ambiance de feu, je mettais indirectement une sorte de pression au public. Maintenant je ne me mets moi-même plus aucune pression, je dis ce que j'ai envie de dire ou de faire sur le moment sans rien attendre en retour. Et ça marche bien mieux. Depuis, j'ai des dents solides et mon poil est, de loin, bien plus soyeux qu'avant.

Jérémy : Ouais il a un côté "Pef le cascadeur", sur son visage c'est écrit "c'est très dangereux… mais... je vais quand même le dire…".

Avez-vous "galéré", erré,  slalomé … avant d’en arriver là ?

Jérémy : C'est sûr, on croule pas sous l'or et mon banquier n'est pas mon meilleur ami (pas encore, mais on compte sur vous…) Mais prendre plaisir dans ce qu'on fait est déjà une richesse en soi, non ? 

[silence]

Yogan : ...hum, oui oui, tout à fait Jérémy!

Jérémy : A partir de là, je pense pas qu'on puisse dire qu'on ait réellement galéré. C'est avant tout un paquet d'expériences qui au final ont toutes apporté quelque chose.

Pourquoi avoir choisi le concours du Talent Europe 1- 2014 ?

Jérémy : Joker

Yogan : En fait c'est moi qui vous ai envoyé un extrait de notre album. Je n'crois même pas qu'on en ait parlé à ce moment avec Jérémy, je me suis dit que ça ne coûtait rien de faire écouter ça à Thierry Lecamp et qu'on verrait bien après, on aurait largement le temps d'en discuter si on faisait partie des 10 sélectionnés. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé et nous voila en train de faire l'interview la plus bizarre du monde. Blague à part, je suis très content que ce soit le titre Rolling qui ait été retenu, c'est une chanson qui veut dire beaucoup, pour moi en tout cas.