Yoann Barbereau (Alliance française à Irkoutsk) en fuite mais "en sécurité"

  • A
  • A
Yoann Barbereau (Alliance française à Irkoutsk) en fuite mais "en sécurité"
La police russe a déclaré le Français fugitif (image d'illustration). @ KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP
Partagez sur :

Le directeur de l'Alliance française avait disparu depuis dix jours de Russie, où il était assigné à résidence. 

Après dix jours de silence, le directeur de l'Alliance française à Irkoutsk, en Russie, Yoann Barbereau, disparu depuis dix jours de Russie où il était assigné à résidence, est réapparu sur les réseaux sociaux, démontrant qu'il était "vivant" et "en sécurité", a annoncé vendredi son père.

Deux messages sur Facebook. Dans un courriel adressé vendredi à l'AFP, son père Bernard Barbereau raconte que "le soir du 21 septembre, il a émis deux messages sur Facebook qui nous ont rassurés: il était donc vivant et en sécurité suffisante pour se manifester ainsi publiquement". Dans ce message posté sur Facebook - et daté d'Oulan-Bator en Mongolie -, Yoann Barbereau cite le cardinal de Retz, qui en 1654 s'était lui-même échappé du château de Nantes, où il était en résidence surveillée: "Il n'y a rien dans le monde qui n'ait son moment décisif, et le chef-d'oeuvre de la bonne conduite est de connaître et de prendre ce moment", écrivait alors le cardinal.

"Hors de danger". "Yoann a choisi d'emprunter les chemins de la liberté", estime son père, ajoutant: "Convaincu de ne pouvoir échapper à une condamnation aussi lourde qu'injuste, Yoann a fui Irkoutsk le 11 septembre." "Yoann est donc sain et sauf et hors de danger", poursuivent ses proches, mais écrivent-ils, "nous ne pouvons rien dire de plus sur l'endroit où il se trouve ni sur la manière dont il a recouvré la liberté". "Nous n'avons pas reçu d'autre message de sa part que celui-ci", a assuré Bernard Barbereau, qui n'a pu confirmer ni infirmer la présence de son fils en Mongolie.

Accusations "montées de toutes pièces". Originaire de Nantes, Yoann Barbereau, 38 ans, résidait à Irkoutsk depuis 2012. Accusé d'actes à caractère sexuel sur sa fille de 5 ans, il a été arrêté le 11 février 2015 par les autorités russes. Relâché 71 jours plus tard, il était depuis assigné à résidence. Il était jugé à huis clos depuis le mois de mai, encourant jusqu'à 20 ans de prison. Sa famille et son comité de soutien affirment que les accusations à son encontre ont été "montées de toutes pièces". Sa femme et sa fille ont fui la Russie dès mars 2015 et vivent actuellement à Londres. Selon Bernard Barbereau, elles ont été "menacées et harcelées par la police russe".