Yémen : les dates clefs de la révolte

  • A
  • A
Yémen : les dates clefs de la révolte
@ MAXPPP
Partagez sur :

CHRONOLOGIE - Retour sur plus de quatre mois de contestation contre le régime d'Ali Abdallah Saleh.

Rappel des dates-clés du mouvement de contestation au Yémen contre le régime d'Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis près de 33 ans.

6 juin : "les jeunes de la révolution" appellent à la formation d'"un conseil présidentiel intérimaire" pour diriger le pays. Mais Saleh se porte bien et rentrera au Yémen dans "les prochains jours", annonce le vice-président.

5 juin : Saleh, hospitalisé la veille à Ryad, subit des interventions chirurgicales, notamment une opération de "neurochirurgie au cou". Les "jeunes de la révolution" célèbrent, quant à eux, ce qu'ils considèrent comme "la chute du régime". Sadek al-Ahmar accepte sous conditions un cessez-le-feu, à la demande du vice-président Abed Rabbo Mansour Hadi.

3 juin : le président Saleh et plusieurs hauts responsables sont blessés dans un bombardement de la présidence à Sanaa. Au total, il y a 11 morts et 124 blessés.

2 juin : nouvelle nuit d'affrontements entre hommes de cheikh Sadek et forces pro-Saleh à Sanaa : 63 morts en deux jours.

1er juin : affrontements à Zinjibar entre combattants extrémistes et militaires.

30 et 31mai : les forces de l'ordre dispersent par la force un sit-in organisé depuis quatre mois à Taëz. Bilan : 50 tués.

29 mai : un responsable local annonce que des éléments armés qui seraient liés à Al-Qaïda ont pris le contrôle de Zinjibar, dans le sud, à l'issue de combats avec l'armée.

28 mai : trois humanitaires français sont portés disparus dans le Hadramout.

23 et 26 mai : la contestation prend un nouveau tournant avec des combats à Sanaa entre partisans de Sadek al-Ahmar, puissant chef de la tribu des Hached, et troupes pro-Saleh: 68 morts.

22 mai : Saleh refuse une nouvelle fois de signer un accord de transition du CCG et met en garde contre une "guerre civile".

21 mai : "Si ce régime part, Al-Qaïda va connaître un nouvel essor au Hadramout, à Chabwa et à Abyane ", déclare le président Saleh.

20 mai : des centaines de milliers de manifestants dans le pays.

8 avril : Saleh rejette un plan annoncé par le Qatar au nom du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et prévoyant son retrait immédiat.

Entre le 4 et le 6 avril : 25 personnes meurent à Taëz , dans le sud-ouest, Hodeïda, sur la mer Rouge, et Sanaa.

21 et 22 mars : l'un des principaux chefs de l'armée Ali Mohsen al-Ahmar annonce sa défection. Des dizaines d'officiers se rallient à la contestation.

18 mars : 52 personnes meurent dans une attaque contre des manifestants à Sanaa.

1er mars : Saleh accuse Israël et les Etats-Unis "d'orchestrer" la révolte.

28 février : Saleh met en garde contre une partition en cas de chute de son régime.

25 février : d'importantes tribus se joignent à la contestation. De nombreux députés du CPG démissionnent.

21 février: la contestation s'étend au Nord chiite, avec des dizaines de milliers de manifestants à Saada.

20 février : l'opposition parlementaire se joint à la contestation lancée par des étudiants. Des milliers de personnes campent devant l'université de Sanaa.

3 février : des dizaines de milliers de personnes manifestent à Sanaa pour réclamer un changement de régime.

2 février : Saleh promet de mener des réformes et de ne pas briguer un nouveau mandat en 2013.

27 janvier : des milliers de personnes manifestent à Sanaa, à l'appel de l'opposition, pour réclamer le départ de Saleh. Des contre-manifestations sont organisées par le Congrès populaire général (CPG, parti au pouvoir).