Vol AH5017 : "ils n'ont pas pu souffrir un seul instant"

  • A
  • A
Vol AH5017 : "ils n'ont pas pu souffrir un seul instant"
Quelque 1.000 prélèvements ont été effectués sur la zone du crash.@ Ecpad
Partagez sur :

Les enquêteurs dépêchés au Mali sont revenus mercredi en France. De plus amples informations sur les circonstances du crash seront dévoilés jeudi après-midi.

Carte d'identité, portable, tissus : les gendarmes et policiers, de retour mercredi du Mali, ont rapporté des lieux du crash du vol AH5017 d'Air Algérie de nombreux débris pour les analyser. "Nous avons procédé à un peu plus de 1.000 prélèvements. Scientifiquement, nous avons une forte probabilité d'identifier toutes les personnes", a assuré le colonel Patrick Touron lors d'un point presse organisé sur le tarmac de l'aéroport de Roissy.

"Ils n'ont pas pu souffrir un seul instant". "On est persuadé, au vu de la nature du choc, qu'ils n'ont pas pu souffrir un seul instant", a poursuivi le militaire, chef adjoint de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie français. "De ce que j'ai observé, l'avion est tombé avec une très grande vitesse verticale, parce qu'il s'est littéralement pulvérisé. Le choc a été quasi instantané", a par ailleurs ajouté le colonel Touron. Ce dernier rapporte n'avoir trouvé "aucun fauteuil d'avion, aucune valise, aucun sac". 

Les premiers éléments d'informations attendus jeudi. Le BEA, chargé de l'enquête technique, a réceptionné le 28 juillet les deux enregistreurs de vol du MD-83 accidenté. La première boîte noire, qui enregistre les paramètres du vol, a pu être lue et ses données sont depuis en cours d'analyse. Les premiers éléments d'information sur les circonstances de l'accident du vol AH5017 d'Air Algérie au Mali seront dévoilés jeudi après-midi.

En revanche, les enquêteurs français devaient récupérer les conversations du cockpit contenues dans la seconde boîte noire." Le travail sur la lecture de l’enregistreur des conversations est toujours en cours car il est plus endommagé", avait expliqué au micro d'Europe 1 Rémi Jouty, le directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses :



Jouty : "La priorité est le travail sur les...par Europe1fr

Le vol AH5017 d'Air Algérie, qui reliait Ouagadougou à Alger, s'est écrasé le 24 juillet dans le nord du Mali moins d'une heure après son décollage. Au total, 116 personnes, dont 54 Français, sont décédées dans le crash. L'avion avait été loué auprès de la société espagnole SwiftAir.

>> A LIRE AUSSI - Air Algérie : "filtrer les gens" et "geler" le site du crash