Vol MH370 : l'avion volait plus vite qu'estimé

  • A
  • A
Vol MH370 : l'avion volait plus vite qu'estimé
La recherches des possibles débris du Boeing 777 de Malaysia Airlines se poursuit dans l'océan Indien.@ REUTERS
Partagez sur :

RECHERCHES - Le Boeing 777 de Malaysia Airlines volait plus vite que ce qui avait été estimé. Il est donc tombé à court de carburant plus tôt.

L'INFO. Aucun élément matériel n'a pour l'instant permis de confirmer le scénario du vol MH370. Le Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu le samedi 8 mars après avoir changé de trajectoire pour une raison inconnue et qui se serait abîmé dans l'océan Indien, volait plus vite qu'estimé au départ, selon l'Agence australienne de sécurité maritime (AMSA), chargée de coordonner les recherches.

Une zone de recherches modifiée. L'information a son importance, car elle signifie que l'avion serait tombé à court de carburant plus tôt qu'estimé. C'est pourquoi les recherches ont repris vendredi dans une zone modifiée après ces nouveaux calculs de trajectoire. Dix avions font ainsi route vers une zone située à 1.100 km au nord-est de celle qu'ils survolaient depuis une semaine, à 2.500 km des côtes australiennes. La nouvelle zone de recherche s'étend désormais sur 319.000 km2, à 1.850 km à l'ouest de Perth.

"La piste la plus crédible". Ces informations proviennent de "l'analyse continue des données radar entre la mer de Chine méridionale et le détroit de Malacca". Il s'agit, selon l'Agence australienne de sécurité des transports (ATSB), de "la piste la plus crédible concernant la localisation possible des débris". Au total, quelque 300 objets flottants ont été repérés ces deux derniers jours par la Thaïlande et le Japon. Certains de ces possibles débris mesurent jusqu'à 15 mètres. Mais ils n'ont pas encore été retrouvés par les navires croisant dans la zone.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

L'ACTU - Dix nouveaux objets repérés par satellite

BOITES NOIRES - La difficile recherche

L'AVIS DE - Le vol MH370 "a été détourné de manière volontaire"

METHODE - Des familles de victimes prévenues par SMS