Vol MH17 : un "bois du souvenir" inauguré trois ans après le crash

  • A
  • A
Vol MH17 : un "bois du souvenir" inauguré trois ans après le crash
Le monument commémoratif du parc de Vijfhuizen (Pays-Bas) est un oeil tourné vers le ciel@ KOEN VAN WEEL / ANP / AFP
Partagez sur :

Chacun des 298 arbres plantés dans le monument national MH17 porte le nom d'une victime.

Trois ans après la disparition brutale du vol MH17 dans le ciel ukrainien, près de 2.000 proches devraient rendre hommage aux 298 victimes lundi aux Pays-Bas, lors de l'inauguration d'un "bois du souvenir", monument officiel en leur mémoire.

Un "ruban vert" pour symboliser les 298 victimes. Formant un "ruban vert", 298 arbres ont été plantés en hommage à chacune des victimes, dont 196 Néerlandais, décédés après que le Boeing 777 de la Malaysia Airlines a été abattu par un missile dans l'est de l'Ukraine en guerre. Le monument sera inauguré par le roi Willem-Alexander et la reine Maxima des Pays-Bas dans le parc de Vijfhuizen, à proximité de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, d'où avait décollé le 17 juillet 2014 l'avion à destination de Kuala Lumpur.

Des victimes de 17 nationalités différentes. Les noms des passagers et membres d'équipage seront lus par leurs familles et amis avant que le roi et la reine, accompagnés de 17 enfants de Vijfhuizen, déposent les premières fleurs auprès du mémorial. Ils seront suivis par les proches venus des Pays-Bas mais aussi d'Australie, de Malaisie, du Royaume-Uni, d'Allemagne ou encore d'Indonésie pour rendre hommage aux victimes de 17 nationalités différentes. Financé par des dons, le projet conçu par l'artiste Ronald A. Westerhuis et l'architecte paysagiste Robbert de Koning a été sélectionné en novembre 2015 par 60% des proches des victimes parmi trois propositions.

Un arbre pour chaque victime. Chaque arbre du monument national MH17 porte le nom d'une victime. Un pommier à fleurs sera consacré à Gary, un adolescent de seize ans originaire de Rotterdam (dans l'Est des Pays-Bas) dont le corps n'a pas encore été identifié. "C'est agréable qu'il y ait un arbre pour lui parce que nous n'avons pas reçu de dépouille", a confié son père, Jan Slok, au journal populaire AD. "Nous ne voulons pas que Gary soit oublié. Qu'aucune des 298 victimes ne soit oubliée." Des tournesols seront plantés en été en référence aux champs de fleurs ukrainiens où avaient été retrouvés certaines parties de l'appareil.

Un oeil dirigé vers le ciel. Au coeur de la forêt aux onze variétés différentes et changeant au fil des saisons, le mémorial est un oeil dirigé vers le ciel. Le sourcil qui borde l'iris, paroi d'acier de seize mètres de long et quatre mètres de haut, représente "la lourdeur de la perte", d'après le quotidien de référence néerlandais Trouw. Le mur d'acier devrait, au fil du temps, être rongé par la rouille, symbole de l'évolution lente du chagrin. Et les noms de 298 victimes sont gravés dans la pupille de l'oeil en acier inoxydable.

Toujours aucun suspect. À l'aube de ce troisième anniversaire, les auteurs présumés n'ont pas encore été arrêtés mais les autorités néerlandaises ont d'ores et déjà annoncé début juillet qu'ils seront jugés aux Pays-Bas. L'équipe d'investigation conjointe (JIT) a conclu que l'appareil avait été touché par un missile de type BUK acheminé depuis la Russie et tiré depuis une zone de combat contrôlée par les rebelles pro-russes. Une centaine de personnes sont recherchées.