Crash du MH17 : les Pays-Bas en deuil

  • A
  • A
Crash du MH17 : les Pays-Bas en deuil
@ Reuters
Partagez sur :

DEUIL NATIONAL - Au moins 173 Néerlandais ont péri dans le crash d'un avion de ligne malaisien en provenance d'Amsterdam-Schiphol.

L’INFO. "Je suis profondément attristé par cette horrible nouvelle", a déclaré le roi des Pays-Bas Willem-Alexander. Son pays est "en deuil" après la chute en Ukraine d'un avion de ligne malaisien en provenance d'Amsterdam-Schiphol avec près de 300 personnes à son bord, dont au moins 173 Néerlandais.

>> A LIRE AUSSI : Ce qu'on sait du crash du vol MH17

Une centaine de proches des victimes, les larmes aux yeux, ont été rassemblés jeudi soir dans un restaurant, inaccessible à la presse, de l'aéroport néerlandais. Un officier de la gendarmerie néerlandaise a indiqué que les proches des victimes étaient "protégés" des nombreux médias présents sur place. De fait, les gendarmes empêchaient physiquement les journalistes de s'approcher des membres des familles des victimes.

Une fois le rassemblement achevé, ils ont été emmenés dans deux autocars dont la destination n'a pas été divulguée.

RTR3Z3ZU(1)

Le roi annule ses rendez-vous. Sur les 298 victimes, les Pays-Bas ont payé le plus lourd tribu : au moins 154 ressortissants néerlandais se trouvaient à bord du Boeing 777. "Nos pensées vont vers les familles, amis et collègues des victimes, tout comme vers ceux qui ne savent pas encore si un de leurs proches se trouvait à bord de l'appareil", a déclaré le roi des Pays-Bas Willem-Alexander qui, avec son épouse Maxima et leurs trois filles, devaient participer vendredi à une session photo pour la presse néerlandaise. Elle a été annulée en raison du crash.

"Tout le monde aux Pays-Bas est en deuil". Le gouvernement néerlandais a en outre ordonné que les drapeaux soient mis en berne vendredi sur tous les bâtiments publics, et ce même dans les ambassades des Pays-Bas à travers le monde. "Je suis profondément choqué", a déclaré le Premier ministre néerlandais Mark Rutte : "tout le monde aux Pays-Bas est en deuil". En déplacement à Bruxelles, il est revenu directement aux Pays-Bas pour "gérer la situation" et s'est rendu à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol avant d'aller à La Haye, ville où siège le gouvernement.



La presse néerlandaise "sous le choc". L’heure est à la consternation chez nos confrères néerlandais. "Sous le choc", titrait le quotidien populaire Algemeen Dagblad alors que le Telegraaf évoquait "un meurtre affreux" et "une attaque terroriste". "Une vague de tristesse et de désarroi", assurait de son côté le quotidien de centre-gauche Volkskrant. "Qui a abattu le vol MH17 au-dessus de l'Ukraine?", s'interroge quant à lui l'Algemeen Dagblad.

Crash malaysia airlines MH17 une presse neerlandaise

© DR

Un précédent en 1977. Ce crash d'avion est le deuxième plus meurtrier de l'histoire des Pays-Bas, selon l'agence de presse néerlandaise ANP : en 1977, deux Boeing 747 entrent en collision à l'aéroport de Ténérife, dans les Iles Canaries, faisant 583 morts, dont 238 Néerlandais. Plus récemment, en mai 2010, un Airbus A330 s'écrase à Tripoli, la capitale libyenne, faisant 103 morts, dont 70 Néerlandais. Le seul survivant de la catastrophe est un garçon néerlandais ayant alors 9 ans.