Violences policières : la colère gronde à Washington

  • A
  • A
Violences policières : la colère gronde à Washington
@ Reuters
Partagez sur :

Des dizaines de milliers de manifestants se rassemblent samedi à Washington et New York pour des manifestations de protestation contre les violences policières.

La manifestation se déroule sur une place hautement symbolique : celle où Martin Luther King a fait son discours pour la lutte contre la ségrégation raciale. Plus de 50 ans après, des dizaines de milliers de participants se rassemblent samedi à Washington et New York pour des manifestations de protestation contre les violences policières. Une manifestation qui intervient à la suite de la mort de Noirs, non armés, tués par des agents blancs qui n'ont pas été inculpés.

>> LIRE AUSSI - New York, le nouveau Ferguson ?

Les familles des victimes présentes. Le cortège qui doit s'ébranler à Washington comprendra des membres des familles d'Eric Garner et d'Akai Gurley, qui ont été tués par des policiers newyorkais, mais aussi de Trayvon Martin, abattu par un vigile en 2012 en Floride, ainsi que de Michael Brown, tué par un agent à Ferguson dans le Missouri.

>> LIRE AUSSI - Le non-lieu d'un policier ravive la colère à New York

Le cortège partira à la mi-journée, soit 18 heures, heure de Paris, et les participants bloqueront Pennsylvania Avenue, entre la Maison blanche et le Capitole, qui abrite le Congrès. Certains manifestants viendront de Floride, du Connecticut ou encore de Pittsburgh, selon le site internet des organisateurs. A New York, les organisateurs attendent entre 40.000 et 50.000 personnes.

"On va faire l'histoire aujourd'hui". "On n’arrêtera pas, tant qu'on a pas obtenu justice, et un procès équitable. Parce que pour l'instant, rien n'a changé. On va faire l'histoire aujourd'hui", confie Carlos, un manifestant mobilisé depuis plusieurs mois contre les violences policières, interrogé par Europe 1.

"On a élu un président noir il y a six ans. Les gens on cru qu'on en avait fini avec le racisme. Mais ce n'est pas le cas, nous avons encore un long chemin à parcourir", déplore un manifestant, qui avait assisté au discours de Martin Luther King alors qu'il était âgé de dix ans.

Plus d'indépendance des procureurs. "Il ne suffit pas de parler, il faut des mesures législatives qui changeront les choses à la fois dans les textes et sur le terrain", a déclaré le leader des droits civiques Al Sharpton, dont l'organisation, National Action Alliance, conduira la manifestation de Washington.

>> LIRE AUSSI - Ferguson : le policier Darren Wilson a démissionné

Le révérend Sharpton demande au Congrès d'adopter une loi qui permette aux procureurs fédéraux d'être saisi d'affaires impliquant des policiers. Les procureurs locaux, qui collaborent régulièrement avec les policiers et doivent ensuite parfois enquêter sur les mêmes policiers, se retrouvent en plein conflit d'intérêt, estime-t-il.