VIDEO - Un Argentin retient son épouse et son fils enfermés pendant six ans

  • A
  • A
Partagez sur :

"C'est une histoire horrible. Quand on est entrés dans la maison, c'était de la folie pure", a raconté samedi à la presse une source judiciaire.

Il avait construit une sorte de cellule dans sa maison. A l'intérieur, cet Argentin a retenu enfermé, pendant six ans, son épouse et son fils autiste, a annoncé vendredi une source policière. Le geôlier a été arrêté et devra répondre d'accusations de mise en esclavage.

Son fils et sa femme enfermés dans une cage en bois. Ancien maçon, l'homme âgé de 66 ans avait aménagé une cage en bois avec des barreaux au fond de sa maison, dans la ville de Mar del Plata, à 400 kilomètres au sud de la capitale fédérale argentine Buenos Aires. C'est là qu'il a gardé prisonniers pendant six ans l'un de ses fils, âgé de 32 ans et atteint d'autisme, et son épouse, âgée de 61 ans et souffrant de problèmes psychiatriques.

Les autres fils alertent les policiers. C'est à la suite d'une dénonciation des autres fils, qui résident ailleurs, que la justice a ordonné une perquisition qui a permis de découvrir les faits, selon la presse locale. "C'est une histoire horrible. Quand on est entrés dans la maison, c'était de la folie pure", a raconté samedi à la presse une source judiciaire sous couvert de l'anonymat. La scène découverte par les policiers était en effet sordide.

Les victimes maltraitées. Des chaînes, des cordes et des cadenas qui étaient apparemment utilisés pour les immobiliser dans la cellule ont été découverts par la police. Il y avait sur le sol en terre des sacs contenant des matières fécales, des seringues, des bidons d'essence et de la nourriture pour chiens.

On pense que le fils était alimenté avec cette nourriture. Il présentait de graves traumatismes psychologiques et pouvait à peine parler. Quand il ne pouvait pas dormir dans la cellule où il était enfermé, son père l'obligeait à respirer l'essence pour le calmer, ont déclaré les enquêteurs. Les deux victimes ont été hospitalisées dans un état de santé précaire dû à des années de captivité dans des conditions inhumaines.