Venezuela : deux morts et huit prisonniers dans l'attaque d'une base militaire

  • A
  • A
Venezuela : deux morts et huit prisonniers dans l'attaque d'une base militaire
Sept assaillants présumés ont été arrêtés et "livrent des renseignements".@ HO / HANDOUT / AFP
Partagez sur :

Huit assaillants ont été arrêtés et "livrent des renseignements". L'attaque a fait un mort et un blessé grave parmi les assaillants.

Le pouvoir vénézuélien a affirmé avoir déjoué dimanche une "attaque terroriste" contre une base de l'armée, après l'apparition d'une vidéo montrant des hommes en tenue militaire se déclarant en rébellion contre le président Nicolas Maduro. Deux assaillants ont été tués et huit personnes ont été capturées lors de cette attaque, a déclaré le président à la télévision d'État.

"Ce qui s'est produit aujourd'hui était une attaque terroriste, paramilitaire, de mercenaires, financée par la droite et ses collaborateurs, financée par l'empire nord-américain (les États-Unis, ndlr)", a déclaré le général Jesus Suarez Chourio, le chef des forces armées du pays à la télévision publique depuis Valencia (nord), où s'est produite l'attaque.

Huit assaillants arrêtés. "A l'aube, des assaillants terroristes sont entrés dans le Fort Paramacay à Valencia", à 180 km au nord de Caracas, et se sont attaqués aux militaires, a écrit sur son compte Twitter Diosdado Cabello, vice-président du parti au pouvoir et membre de la toute puissante Assemblée constituante. Huit assaillants présumés ont été arrêtés, a pour sa part indiqué un haut responsable militaire, le général Remigio Ceballos.

Une vidéo supposément tournée dans un régiment de blindés de Valencia circulait dimanche sur les réseaux sociaux et dans plusieurs médias vénézuéliens. Elle montrait un homme se présentant comme un officier et se déclarant "en rébellion légitime" contre "la tyrannie assassine de Nicolas Maduro".

"Action civique et militaire." "Ceci n'est pas un coup d'État, ceci est une action civique et militaire pour rétablir l'ordre constitutionnel", affirmait cet homme, se présentant sous le nom de capitaine Juan Caguaripano, flanqué de 15 personnes en tenue de camouflage, certaines d'entre elles armées. "Nous exigeons la formation immédiate d'un gouvernement de transition et des élections générales libres", ajoutait-il.

Le gouvernement du président Maduro a accusé un groupe de civils et un lieutenant de l'armée déserteur, vêtus d'uniformes militaires, d'avoir attaqué dimanche matin une base militaire. Les assaillants ont été neutralisés et sept personnes ont été arrêtées.

"Nous fêtons maintenant le triomphe." "Un groupe de paramilitaires (...) nous ont attaqués, mais ils ont été immédiatement repoussés, vaincus et nous fêtons maintenant le triomphe de la patrie en paix", a déclaré Le général Suarez, qui avait participé en 1992 à la tentative de coup d'Etat d'Hugo Chavez (président de 1999 à 2013), et était devenu chef de la sécurité à son arrivée au pouvoir.

Cette "attaque" présumée contre l'armée survient alors que l'Assemblée constituante, élue le 30 juillet et contestée par l'opposition et par une grande partie de la communauté internationale, a entamé samedi ses travaux en destituant la procureure générale Luisa Ortega, l'une des principales adversaires du président Maduro.

Maduro parle "d'attaque terroriste".

Nicolas Maduro a déclaré à la télévision publique que les morts et les prisonniers avaient bien été identifiés. Il s'agirait d'un officier déserteur et neuf civils, a-t-il affirmé. 

L'officier a été arrêté et "il donne des informations", comme le font sept des prisonniers, a-t-il précisé. Des "combats" ont eu lieu pendant environ trois heures, a ajouté Nicolas Maduro, qui y voit une "attaque terroriste" et pas une "rébellion" militaire.