Poignée de main historique entre les présidents chinois et taïwanais

  • A
  • A
Poignée de main historique entre les présidents chinois et taïwanais
Les présidents chinois et taïwanais se sont rencontrés samedi à Singapour, une première depuis la fin de la guerre civile en 1949.
Partagez sur :

Les présidents chinois et taïwanais se sont serrés la main, samedi, à Singapour, au début d'un sommet qui est une première depuis la séparation de la Chine continentale et de Taïwan il y a 66 ans, après une guerre civile.

"Nous sommes une famille, aucune force ne pourra nous séparer", a déclaré le président chinois à son homologue taïwanais. Les présidents chinois Xi Jinping et taïwanais Ma Ying-jeou se sont rencontrés samedi à Singapour, une première entre dirigeants des deux entités depuis la fin de la guerre civile en 1949, marquée par la victoire des communistes en Chine continentale et le retrait des nationalistes sur l'ancienne Formose. 

Une rencontre pour l'Histoire. "Même s'il s'agit de la première rencontre, nous nous sentons comme de vieux amis. Maintenant, nous avons devant nos yeux les fruits de la conciliation au lieu de la confrontation", a souligné Ma Ying-jeou. Les deux chefs d'Etat se sont serré la main et ont souri en saluant une assemblée de médias dans une salle archi-comble d'un hôtel de Singapour, avant de se retirer pour des pourparlers inédits.

"Avancée historique". Après des décennies de méfiance, les deux rives du détroit de Taïwan restent fortement militarisées. Mais depuis l'arrivée au pouvoir en 2008 de Ma Ying-jeou, un prochinois, le climat politique s'est réchauffé et les relations sino-taïwanaises atteignent un point culminant avec la réunion de samedi, événement encore impensable il y a peu. Cette rencontre est une "avancée historique", qui "peut créer de nouveaux espaces pour les relations" entre le continent et Taïwan, a estimé samedi le journal chinois Global Times, proche du pouvoir, dans un éditorial.

Polémique à Taïwan. L'annonce inopinée de cette rencontre historique a provoqué cette semaine une vive polémique à Taïwan à deux mois des élections législatives et présidentielle, l'opposition favorable à l'indépendance, grande favorite du scrutin, y voyant une volonté de Pékin de peser sur le résultat. Xi Jinping et Ma Ying-jeou ont déclaré au début de l'entretien qu'ils entendaient promouvoir la paix et la stabilité de part et d'autre du détroit de Taïwan et assuré avoir "la capacité et la sagesse" de résoudre eux-mêmes leurs divergences de manière pacifique.