Une nouvelle traduction du "Notre père" dans la Bible

  • A
  • A
Une nouvelle traduction du "Notre père" dans la Bible
La traduction, qui a dû être validée par le Vatican, a fait l’objet de nombreuses navettes entre le groupe de travail et les conférences épiscopales francophones.@ Reuters
Partagez sur :

RELIGION - Une nouvelle traduction de la Bible en français doit paraître le 22 novembre prochain. Explications.

L’INFO. C’est une simple variation sémantique mais elle a du sens pour l’Eglise. Le Vatican vient d'introduire une modification dans la prière du "Notre Père". La 9e phrase va changer dans la nouvelle traduction de la Bible à l’usage de la liturgie qui paraît le 22 novembre. Il ne faudra plus dire "et ne nous soumets pas à la tentation" mais "et ne nous laisse pas entrer en tentation", rapporte lundi le quotidien Le Progrès.

Un travail très fastidieux. Les 70 traducteurs ont mis 17 ans pour mettre au point cette nouvelle mouture du texte sacré. La traduction, qui a dû être validée par le Vatican, a fait l’objet de nombreuses navettes entre le groupe de travail et les conférences épiscopales francophones (France, Suisse, Luxembourg, Canada, Belgique, Afrique du Nord) et Rome. Un accord a finalement été validé le 12 juillet dernier par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, avec le feu vert du Vatican.  

bible 930

© Reuters

Pourquoi ce changement ? Le "Notre père" se trouve dans l’Evangile de Mathieu et de Luc et est entièrement rédigé en grec ancien. La dernière version de la Bible datait de 1993. Les traducteurs ont donc voulu se rapprocher au plus près des textes originaux. Ils ont ainsi fait abstraction des traductions récentes de la Bible en français. "Littéralement c’est : ‘et ne nous introduits pas dans la tentation’. Ça ne veut pas dire ‘ne nous soumets pas à la tentation’. Ce n’est pas Dieu qui fait cela. La tentation, elle vient du diable. Ça n’est pas non plus comme on traduisait autrefois : ‘et ne nous laisse pas succomber à la tentation’. C’est quelque chose d’intermédiaire. Ça veut dire en gros : ‘ne nous introduits pas dans l’univers de la tentation’ où le diable nous attend", analyse Odon Vallet, spécialiste des religions, interrogé par Europe 1.

"Le Français n’est qu’une langue parmi toutes les langues dans lesquelles la messe est dite. Je pense que la nouvelle traduction est plus proche de l’original grec", justifie l’historien des religions. "En réalité, il est extrêmement difficile de trouver dans chaque langue un équivalent. D’autant que le grec est une langue très différente, par la grammaire et le vocabulaire, du français", précise Odon Vallet. Outre cette modification sémantique dans la prière "Notre père", d'autres changements sont assez notables. Le Magnificat ou Les Béatitudes ont ainsi été retouchées.

Les fidèles vont-ils devoir réapprendre cette prière ? Pour l'instant, la nouvelle phrase du Notre Père ne concerne que les lectures des prêtres. Les fidèles peuvent pour l’instant continuer à dire : "ne nous soumets pas à la tentation". Cette traduction liturgique de la Bible devrait être dévoilée le 9 novembre à Lourdes.