Une jeune Pakistanaise s'immole après un viol

  • A
  • A
Une jeune Pakistanaise s'immole après un viol
@ AFP
Partagez sur :

Au Pakistan, une jeune femme s'est immolée devant un commissariat après que la police a refusé d'enregistrer sa plainte pour viol.

Une jeune Pakistanaise s'est immolée devant un commissariat après que la police a refusé d'enregistrer sa plainte pour viol visant deux policiers, ont indiqué des responsables et des militants mercredi.

Elle n'a pas survécu. Hospitalisée à Multan, elle a succombé à ses blessures. "Sonia s'est suicidée en s'immolant par le feu. Elle avait accusé des policiers de l'avoir violée et s'était plainte que personne ne prête l'oreille à ses accusations" a déclaré à l'AFP une porte-parole de la police, Nabila Ghazanfar, ajoutant qu'une enquête a été ouverte. Les deux policiers mis en cause ont été arrêtés et le chef du commissariat mis à pied pour son inaction, a précisé Awais Malick, officier de police à Muzaffargarh, localité du Pendjab où la jeune femme, Sonia Bibi, âgée d'un peu moins de 20 ans, a mis feu à ses vêtements mardi. Les violences physiques et sexuelles contre les femmes sont très répandues au Pakistan, pays musulman conservateur et patriarcal.

Des précédents dans la région. Dans le même district de Muzaffargarh, un terrible cas de viol en réunion, celui de Mukhtaran Mai, avait défrayé la chronique en 2002. Mme Mai, devenue une militante pour les droits des femmes dans la région, a estimé mercredi que Sonia Bibi avait subi "un déni de justice". Toujours dans la même région, une autre jeune femme s'était immolée l'an passé après que ses accusations de viol n'eurent pas été prises en compte. Amina Bibi, 18 ans, s'était arrosée de pétrole et avait mis le feu à ses vêtements en mars devant un commissariat du village de Beet Meer Hazar. Elle avait agi ainsi après qu'un tribunal eut prononcé un non-lieu sur la foi d'un rapport de police affirmant qu'elle n'avait pas été violée.