Une ex-mannequin de Playboy affirme que Trump lui a proposé de l'argent après une relation sexuelle

  • A
  • A
Une ex-mannequin de Playboy affirme que Trump lui a proposé de l'argent après une relation sexuelle
Depuis que cette liaison a été révélée dans la presse, Karen McDougall dit faire l'objet de pressions et menaces. @ DIMITRIOS KAMBOURIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Karen McDougal a expliqué jeudi à CNN que cela lui avait "fait mal" et que cela l'avait rendue "très triste". 

Une ancienne Playmate du magazine érotique Playboy, qui dit avoir entretenu une relation pendant plusieurs mois avec Donald Trump, 10 ans avant son élection, a affirmé jeudi à CNN que celui qui était alors homme d'affaires lui avait proposé de l'argent après une relation sexuelle.

Collusion entre son avocat et le camp Trump. Karen McDougal a porté plainte mardi auprès d'un tribunal de Los Angeles pour demander d'invalider la clause de confidentialité qu'elle a signée pour garder le silence sur sa "relation romantique" de 10 mois, en 2006 et 2007, avec le président républicain. Elle dit dans sa plainte avoir reçu 150.000 dollars pour son silence et affirme que la moitié a été reversée à son avocat qui était selon elle en collusion avec le camp Trump.

"Il a essayé de me payer". L'ancien mannequin a expliqué jeudi à CNN qu'elle avait eu une première relation sexuelle en 2006 avec Donald Trump dans un hôtel de Los Angeles, peu de temps après que Melania, l'épouse de Donald, a donné naissance à leur fils Baron. "Après notre relation intime, il a essayé de me payer. Et je ne savais pas quoi en penser", a raconté Karen McDougal à CNN.  "Je l'ai regardé et je lui ai dit, je ne suis pas comme ça, je ne suis pas ce genre de fille", a ajouté l'ancienne Playmate, qui dit que cet épisode l'avait rendue "très triste". "Cela m'a fait mal", a-t-elle raconté, précisant avoir pleuré à l'arrière de la voiture qui l'avait ramenée chez elle après cela. Malgré cet incident, le magnat et elle ont ensuite passé "beaucoup de temps ensemble". "C'était une vraie relation. Il y avait des sentiments entre nous deux", a-t-elle affirmé, précisant s'être sentie "coupable" vis-à-vis de l'épouse de Donald Trump.

Visée par des menaces. Depuis que cette liaison a été révélée dans la presse, Karen McDougall dit faire l'objet de pressions et menaces pour ne pas parler aux journalistes tandis que l'équipe juridique de Trump ne cesse de distiller des informations la dénigrant pour la décrédibiliser. Son cas fait écho à celui de Stormy Daniels, l'actrice porno qui soutient elle aussi avoir eu une liaison secrète avec le président américain entre 2006 et 2007 et qui a porté plainte pour annuler un accord de confidentialité.