Un policier meurt dans un attentat au Pays Basque espagnol

  • A
  • A
Un policier meurt dans un attentat au Pays Basque espagnol
Partagez sur :

Un policier a été tué vendredi au Pays Basque espagnol dans un attentat attribué à l'ETA, qui a déchaîné une vague de condamnations.

Un inspecteur de police âgé de 49 ans, Eduardo Puelles Garcia, est mort vendredi matin dans l’explosion d’une voiture piégée. Cet attentat attribué à l'organisation indépendantiste basque l’ETA a eu lieu à 9 heures, sur un parking d’Arrigorriaga, dans la comarque de Bilbao, dans le Pays Basque espagnol.

L'explosion a été provoquée par une bombe ventouse fixée sous le véhicule, une méthode souvent employée par l'organisation clandestine ETA pour ses attentats meurtriers. La victime était un responsable de la lutte antiterroriste au Pays Basque, selon plusieurs médias espagnols. Brûlé vif, il a en vain réclamé de l'aide alors qu'il était piégé dans son véhicule en flammes.

Le chef du gouvernement régional basque, Patxi Lopez, a attribué cette explosion aux "assassins et canailles" de l'ETA. Les députés basques ont observé une minute de silence vendredi au Parlement régional en mémoire du policier.

Le chef du gouvernement socialiste José Luis Rodriguez Zapatero a, de son côté, "condamné l'attentat" depuis Bruxelles. "Nous savions que cela pourrait arriver", a-t-il indiqué tout en réaffirmant "sa fermeté et sa détermination inébranlable d'en finir avec l'ETA". L’attaque a été unanimement condamnée par les partis politiques, les syndicats de police, le patronat basque et l'Eglise catholique espagnols ainsi que la présidence tchèque de l'Union européenne.

Si la responsabilité de l'ETA se confirme, il s'agirait de son premier attentat depuis les régionales du 1er mars au Pays Basque, où les socialistes se sont emparés du pouvoir au détriment des nationalistes souverainistes du PNV pour la première fois depuis le retour à la démocratie en Espagne.