Un pédophile piégé par une peluche

  • A
  • A
Un pédophile piégé par une peluche
Photo prétexte.@ Max PPP
Partagez sur :

Aux Pays-Bas, un employé de crèche a pu être appréhendé grâce à un petit lapin.

Il a été démasqué par un simple jouet. Un employé de crèche pédophile a été confondu aux Pays-Bas grâce à une peluche, représentant un petit lapin, qui était visible sur une photo pédopornographique d'un bébé de 18 mois.

Le cliché avait été entré par les Etats-Unis dans la base de données d'Interpol, l'organisation policière internationale, basée à Lyon.

Miffy le personnage de livre

miffy

© Max PPP

Tout est parti de l'ajout par les enquêteurs américains à la base "International Child Sexual Exploitation" (ICSE) des images de ce bébé abusé.

"Un spécialiste de la police néerlandaise, membre du réseau Interpol d'identification des victimes, a identifié un lapin en peluche sur la photo comme étant 'Miffy', un personnage de livre pour enfants néerlandais", précise Interpol.

Un appel public à la télévision

Le jouet, ajouté à d'autres éléments sur la photo, a permis à la police néerlandaise "d'identifier les Pays-Bas comme étant le lieu où ont été prises les photos de l'enfant abusé sexuellement", ajoute Interpol.

"Un appel public de la police néerlandaise à la télévision nationale a permis l'identification et l'arrestation" de l'homme, condamné le 21 mai à Amsterdam à 18 ans de prison pour avoir abusé plus de 60 enfants.

Robert M., Néerlandais d'origine lettone âgé de 28 ans, avait été arrêté le 7 décembre 2011. Les juges ont retenu plusieurs circonstances aggravantes, notamment la durée des faits, une précédente condamnation pour possession de pornographie infantile et l'âge des victimes. Le conjoint de Robert M., un Néerlandais de 39 ans, a été condamné à six ans de prison.

"C'est une arme vitale"

Suite à cette affaire, le secrétaire général d'Interpol, Ronald K. Noble a vanté ce cas comme "un exemple classique de ce qui peut être réalisé quand les forces de l'ordre consultent les bases de données internationales et utilisent les outils et services mis à disposition par Interpol".

"C'est exactement pour cela qu'a été créée la base de données d'Interpol 'International Child Sexual Exploitation'. C'est une arme vitale", a poursuivi Ronald K. Noble, appelant à un usage plus systématique du fichier.

La base de données ICSE, soutenue par le G8 et financée par la Commission européenne, utilise des logiciels de comparaison d'image afin d'identifier lieux et enfants dont les photos circulent sur les sites pédopornographiques. La base contient près de 2.500 victimes d'exploitation sexuelle identifiées à travers 41 pays.