Un lion attaque un homme dans les rues de Nairobi

  • A
  • A
Un lion attaque un homme dans les rues de Nairobi
Un lion a griffé un homme à Nairobi après s'être échappé de son parc.@ TONY KARUMBA / AFP
Partagez sur :

Un lion s'est échappé du parc national de Nairobi au Kenya, vendredi matin. Il a blessé un homme en le griffant.

Un homme a été blessé par un lion qui s'était échappé du parc national de Nairobi et se promenait le long d'une artère très fréquentée de la capitale kényane en pleine heure de pointe vendredi matin, a annoncé le service kényan de la faune sauvage (KWS).

Un homme griffé. C'est déjà au moins la troisième fois ce mois-ci qu'un lion sort de ce parc de 117 km2 où gazelles, rhinocéros et buffles cohabitent, à moins de 7 km des gratte-ciel du centre-ville de Nairobi et de ses plus de 3 millions d'habitants. L'homme, âgé de 63 ans, a été griffé par le lion quand celui-ci a commencé à s'agiter en raison de l'intérêt qu'il suscitait auprès des automobilistes. Il a été hospitalisé mais son état n'inspirait aucune inquiétude.

Des selfies avec le lion. "Des gens klaxonnaient, prenaient des selfies et avec tout ça, le lion a commencé à s'agiter", a expliqué Paul Udoto, un porte-parole du KWS. Peu après, le lion est retourné dans le parc, sous la surveillance des rangers, qui l'ont incité à s'y enfoncer plus profondément et à s'éloigner de la ville. "Le lion est bien rentré (dans le parc), mais nos équipes sont encore sur le terrain, au cas où il y en aurait d'autres qui n'ont pas été repérés", a ajouté Paul Udoto.



Une vidéo postée sur les réseaux sociaux montre le lion marchant le long de Mombasa Road, une large avenue toujours congestionnée qui est une des principales artères de Nairobi, pendant que les automobilistes klaxonnent et que des badauds regardent au travers des grillages et des portes.

Pas une première. La partie nord du parc, qui donne sur la ville, est clôturée mais pas le sud, afin de permettre aux animaux, notamment les herbivores, de se déplacer pour trouver de nouveaux pâturages en fonction des périodes de l'année. La pression immobilière et agricole sur les terres avoisinant le parc empiète toutefois de plus en plus sur les routes traditionnelles de migration des herbivores, et par ricochet sur les déplacements des carnivores qui accompagnent leurs futures proies. A la mi-février, deux lionnes s'étaient échappées du parc et avaient passé une journée à déambuler dans les rues de Kibera, le bidonville le plus peuplé de la capitale. Il y a quelques jours, d'autres lions avaient été repérés en ville. Même s'il n'est donc pas rare de voir des lions dans Nairobi, il l'est beaucoup plus que des humains soient blessés lors de ces rencontres.