Un G8 tourné vers le printemps arabe

  • A
  • A
Un G8 tourné vers le printemps arabe
Le G8 a débuté jeudi, rassemblant les présidents des premières puissances économiques, dont Barack Obama, Dimitri Medvedev et Nicolas Sarkozy.@ REUTERS
Partagez sur :

Le sommet international s'est ouvert jeudi. La Tunisie et l'Egypte sont au coeur des discussions.

Le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du G8 s'est ouvert jeudi à Deauville, en Basse-Normandie. L’occasion pour ses membres de lister les dossiers chauds du moment, bien que rarement de nature économique. C’est donc une sorte d’inventaire à la Prévert dans lequel s’est lancé le G8, passant en revue des sujets aussi divers que la réglementation d’Internet, le processus de paix au Proche-Orient ou encore la signature d’un contrat naval entre la France et la Russie.

Un sommet sous le signe du printemps arabe

Un dossier domine néanmoins ce sommet du G8 : le printemps arabe. L'Egypte et la Tunisie, les deux foyers de ce mouvement démocratique, sont les invitées d'honneur de ce sommet. Les pays les plus riches du monde se sont prononcés pour un soutien massif à ces fragiles transitions démocratiques, menacées par la crise économique et l'instabilité entretenue par la crise libyenne.

Les dirigeants des pays du G8 ont donc annoncé le lancement prochain d’un "partenariat durable" avec la Tunisie et l'Egypte, selon un projet de déclaration obtenu par la presse. "La démocratie demeure le meilleur chemin vers la paix, la stabilité, la prospérité, une croissance partagée et le développement", indique le texte commun.

En écho à se souhait, Le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué dans une note au G8 qu'il envisageait jusqu'à 35 milliards de dollars de prêts aux pays arabes, si les gouvernements de la région devaient demander l'aide de l'institution.

En revanche, le G8 cherche à accentuer la pression sur le président syrien Bachar al-Assad et sur le Libyen Mouammar Kadhafi en les appelant à "cesser l'usage de la force et l'intimidation contre le peuple syrien et engager un dialogue ainsi que les réformes fondamentales".

Proche-Orient : accompagner le processus de paix

Le G8 va appeler Israël et Palestiniens à des "discussions substantielles sans délai" pour parvenir à "un accord cadre" pour une paix durable. "Nous sommes convaincus que les changements historiques en cours dans la région rendent pas moins mais encore plus importante la résolution du conflit israélo-palestinien par la négociation", écrivent ses membres dans un document préparatoire.

Réglementer Internet

Deux jours après l’organisation du e-G8, Internet est encore à l’ordre du jour, avec la volonté affichée du G8 de mieux encadrer la toile. "Nous nous sommes mis d'accord sur un certain nombre de principes, dont la liberté, le respect de la vie privée et de la propriété intellectuelle (...), la cyber-sécurité, et la protection contre le crime, qui sont essentielles à un internet fort et florissant", indique le même texte.

Des grands patrons d'internet, dont le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg qui a troqué pour l'occasion son look d'adolescent pour un très classique costume-cravate, ont fait le déplacement à Deauville pour demander que le libre accès au web soit garanti par les Etats.

Accord de vente entre la France et la Russie

La France et la Russie ont profité de cette opportunité pour finaliser un contrat militaire longtemps reporté : la fourniture de quatre navires de guerre français de type Mistral à la Russie.

"Nous avons trouvé un accord définitif s'agissant des deux BPC (bâtiment de projection et de commandement) construits en France et deux BPC construits en Russie. Les éléments de la signature et du contrat ont été réglés, la signature aura lieu dans les quinze jours", ont annoncé les présidents français et russe à l’issue de leur discussion.