Un ex-espion britannique à l'origine du rapport controversé sur Trump ?

  • A
  • A
Un ex-espion britannique à l'origine du rapport controversé sur Trump ?
Donald Trump a fustigé l'action d'opposants "malades dans leur tête".@ DON EMMERT / AFP
Partagez sur :

Le document sur les liens présumés entre Donald Trump et la Russie ou encore ses éventuels dérapages sexuels serait l'œuvre d'un cabinet de conseil londonien dans lequel travaillent d'anciens agents secrets.

Un ex-agent des services secrets britanniques reconverti en consultant est l'auteur du rapport controversé sur des liens présumés entre le président élu américain Donald Trump et la Russie, affirme mercredi le Wall Street Journal. Ce document de 35 pages, qualifié de "bidon" par Donald Trump qui a assuré mercredi que "ces choses ne se sont jamais passées", a été rédigé selon le WSJ par Christopher Steele, directeur de l'entreprise de conseil londonienne Orbis Business Intelligence, pour laquelle travaillent d'anciens agents secrets.

Ce rapport, publié par Buzzfeed mardi, contient de nombreuses informations non vérifiées et qui fait état de nombreuses allégations compromettantes sur Donald Trump. Il évoque notamment l'existence d'une vidéo à caractère sexuel impliquant des prostituées ou des échanges d'informations pendant près d'une décennie avec le Kremlin.



Un document audio en plus d'une vidéo ? Christopher Steele, 52 ans, a travaillé plusieurs années à Moscou pour le MI6 et a bonne réputation dans le monde du renseignement, selon le WSJ qui cite un ancien agent de la CIA. Un journaliste de la BBC, citant une source anonyme, affirme lui que plusieurs personnes sont à l'origine du rapport en question, et non pas le seul ex-agent du MI6 britannique. Il assure par ailleurs que plusieurs autres enregistrements existeraient, dont un audio, outre la vidéo à caractère sexuel.

D'après plusieurs médias américains, les chefs du renseignement américain ont informé en fin de semaine dernière le président sortant Barack Obama, Donald Trump et des membres du Congrès de la détention présumée par la Russie d'informations compromettantes sur le président élu. Ils leur ont présenté un résumé de deux pages de ce document.