Un Emirati condamné à mort pour avoir combattu avec des djihadistes

  • A
  • A
Un Emirati condamné à mort pour avoir combattu avec des djihadistes
@ AFP
Partagez sur :

Khalfan Sultan al-Souaïdi a été reconnu coupable d'avoir rejoint les rangs du Front Al-Nosra et du groupe Etat islamique (EI) en Syrie. 

La cour fédérale de sûreté de l'Etat d'Abou Dhabi a condamné un Emirati à mort par contumace, dimanche, pour avoir combattu dans les rangs du Front Al-Nosra et du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, a rapporté un média local.
Khalfan Sultan al-Souaïdi a été reconnu coupable d'avoir rejoint les rangs de ces deux organisations jihadistes et d'avoir recruté à leur profit des combattants, a ajouté le quotidien Gulf News dans sa version en ligne. En fuite, cet Emirati a le droit, s'il regagne son pays, à un nouveau procès, a précisé Gulf News.

Sept ans de prison pour deux autres. Deux autres Emiratis, Farès Mohammed Abdel Aziz et Mohammed Abdallah Awad, ont été condamnés à sept ans de prison chacun pour avoir "rejoint des groupes terroristes en Syrie". Un autre Abdallah Ali Salem al-Zaabi a été condamné à trois ans de prison. Le même tribunal a condamné un Palestinien, Mohammed Awad Hussein Achour à trois ans de prison pour "insulte aux dirigeants des Emirats et promotion d'idéologies terroristes". Un ressortissant indien, Manar T. Abbas a été condamné quant à lui à cinq ans de prison pour espionnage. Il a été trouvé coupable d'avoir communiqué à des employés de l'ambassade d'Inde à Abou Dhabi des "informations sensibles sur les mouvements d'unités de la marine de guerre" des Emirats, selon Gulf News.

La presse internationale exclue des audiences. Lors d'une autre audience, la cour a fixé au 6 mars la date de son verdict dans l'affaire des 41 prévenus, dont 39 Emirats, accusés d'appartenance au Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda. Les accusés sont jugés depuis le 24 août mais la presse internationale n'est pas autorisée à assister aux audiences. S'ils sont reconnus coupables, certains risquent la peine de mort. Une Emiratie, condamnée à mort pour avoir tué fin 2014 une enseignante américaine avec un couteau de cuisine en s'inspirant de groupes jihadistes, a été exécutée en juillet. Les Emirats sont engagés depuis septembre 2014 dans la coalition dirigée par les Etats-Unis qui mène des frappes aériennes contre le groupe EI en Syrie et en Irak.