Un chasseur russe frôle un avion militaire américain au-dessus de la mer Noire

  • A
  • A
Un chasseur russe frôle un avion militaire américain au-dessus de la mer Noire
L'avion russe est passé à peu près six mètres du P-8 Poseidon américain, un appareil construit sur la base du Boeing 737.@ AFP
Partagez sur :

L'avion russe est passé à peu près six mètres du P-8 Poseidon américain, un appareil construit sur la base du Boeing 737.

Un avion de combat russe SU-27 a frôlé mardi un avion de surveillance maritime américain au-dessus de la mer Noire, mais la manœuvre n'a pas été jugée dangereuse par l'équipage de ce dernier aéronef, a indiqué vendredi le Pentagone. L'avion russe est passé à peu près six mètres du P-8 Poseidon américain, un appareil construit sur la base du Boeing 737.

"L'interaction a duré 65 minutes et a été considérée comme professionnelle et non dangereuse par le commandant de l'équipage du P-8", a déclaré le capitaine Pamela Kunze, une porte-parole de la marine américaine. La marine n'a fourni aucune indication sur la manière dont la manœuvre s'était déroulée, ni sur les raisons pour lesquelles elle n'a pas été jugée dangereuse, contrairement à d'autres incidents passés.

Des interceptions courantes dans l'espace aérien international. Les interceptions d'un avion militaire par un autre sont monnaie courante dans l'espace aérien international. Des chasseurs russes viennent ainsi régulièrement s'approcher des avions espions américains qui volent autour de la Russie, en mer Noire ou en Baltique par exemple.

Certaines de ces interceptions tournent parfois à l'incident, comme en avril 2016, lorsque Washington avait dénoncé à deux reprises le comportement d'avions russes en mer Baltique envers des avions de reconnaissance RC-135. En avril 2016, le Pentagone avait également dénoncé de multiples survols par des avions de combat russes du destroyer américain USS Donald Cook dans les eaux internationales de la mer Baltique. Le Pentagone avait alors qualifié ces survols d'"attaque simulée" tandis que Moscou avait nié le caractère provocateur ou imprudent de cette action.