Vol MH370 : un an après, quelles leçons pour l’aviation ?

  • A
  • A
Vol MH370 : un an après, quelles leçons pour l’aviation ?
@ WANG ZHAO / AFP
Partagez sur :

En 2016, les avions de ligne devront émettre un signal tous les quarts d’heure, et toutes les minutes en cas d’incident.

Le 8 mars 2014 à 00h41, le vol MH370 décollait de Kuala Lumpur pour Pékin, avec 227 passagers à bord. A 1h30, le contrôle aérien perdait le contrôle avec le Boeing 777 de la Malaysia Airlines, qui n’a jamais été retrouvé. Un an plus tard, le mystère demeure entier et, au-delà de l’émotion, la disparition inexpliquée de cet avion de ligne a poussé les instances du transport aérien à proposer des mesures pour tenter de regagner la confiance du public.

Un signal chaque minute. Début février, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a ainsi présenté de nouvelles mesures pour un meilleur suivi des vols. Pour l’heure, rappelle Le Figaro, les systèmes existants envoient régulièrement des messages au centre de maintenance de la compagnie aérienne. 

Dès 2016, les avions devront émettre un signal tous les quarts d’heure en temps normal. Mais en cas d’incident, un avion "en détresse" enverra un signal chaque minute. Le but : dans le cas d’un avion en perdition au-dessus de la mer, comme le MH370, le dispositif doit permettre de localiser l’appareil dans un rayon de six miles nautiques, soit un peu plus de 11 kilomètres. Ce qui facilitera grandement la tâche des secours et des recherches en cas de crash.

Malaysia Airlines - 1280-640

© MOHD RASFAN / AFP


Des boîtes noires éjectables. L’OACI préconise aussi d’équiper les avions d’enregistreurs de vol éjectables et flottants dès 2021. Ces fameuses "boîtes noires", le Flight Data Recorder (FDR) et le Cockpit Voice Recorder (CVR) enregistrent respectivement les données du vol, comme la vitesse, l’altitude et la trajectoire, et les sons à l’intérieur du cockpit. 

Celles du vol MH370 n’ont jamais pu être localisées. Dans le cas du crash du vol Rio-Paris d’Air France en 2009, il avait fallu deux ans de recherches laborieuses pour que les enquêteurs puissent enfin les retrouver. 

Des mesures déjà prises par certains. Ces mesures doivent encore être validées par les membres de l’OACI lors d’une assemblée générale en novembre prochain. Mais certains ont déjà pris les devants. Airbus a ainsi annoncé que ses appareils les plus récents, les A350 et A380, allaient être équipés de boîtes noires éjectables et flottantes. Plusieurs compagnies, dont Air France, ont en outre déjà équipé leurs appareils d’un système permettant d’émettre des messages techniques toutes les minutes en cas d’urgence, expliquent Les Echos

Dimanche, l’Australie, l’Indonésie et la Malaisie ont annoncé le lancement d’un vaste test pour améliorer la géolocalisation des avions au-dessus des océans, indique la chaîne canadienne CBC. Mais Angus Houston, responsable de l’agence australienne qui a coordonné les opérations de recherches du MH370, rappelle qu’il n’y a pas de solution miracle et que le système de communication pourra toujours être éteint manuellement ou se retrouver hors-service, rendant impossible toute localisation de l’appareil, comme dans le cas de l’avion volatilisé de Malaysia Airlines.

>> LIRE AUSSI - "Nous sommes tous persuadés que le MH370 a été détourné"

>> LIRE AUSSI - Malaysia Airlines plombée par la disparition du vol MH370

>> LIRE AUSSI - Que sait-on de la disparition du vol MH370 ?