Ukraine : affrontements meurtriers à Kiev

  • A
  • A
Ukraine : affrontements meurtriers à Kiev
@ REUTERS
Partagez sur :

RETOUR SUR - De nouvelles violences ont endeuillé la capitale ukrainienne mardi, après plusieurs semaines de calme relatif.

>> L'ESSENTIEL

- Cinq civils ont été tués à Kiev mardi, ainsi que six policiers. Au moins 150 manifestants ont été blessés, contre 159 policiers, dont 35 grièvement.

- La police antiémeute a lancé l'assaut sur la place de l'Indépendance dans la soirée.

- Le leader de l'opposition s'est rendu à la présidence pour rencontrer Viktor Ianoukovitch

>> LE FIL DE LA JOURNÉE DE MARDI :

22h29 : Six policiers tués. Le ministère de l'Intérieur a annoncé la mort de six policiers, "tués par balle". 159 policiers ont aussi été blessés dans les affrontements, dont 35 grièvement.

Vitali Klitschko (930x620)

© REUTERS

22h20 :Vitali Klitschko chez Ianoukovitch. Le leader de l'opposition se rend au siège de la présidence ukrainienne mardi soir.

22h00 : La contestation s'étend.La ville de Lviv, fief nationaliste de l'ouest de l'Ukraine, est à son tour touchée. Des manifestants y ont pris d'assaut l'administration régionale et le siège de la police.

21h30 : La police progresse. Peu à peu, les forces de l'ordre repoussent les manifestants sur la place, où des tentes brûlent. Les Berkout, les forces antiémeute, sont précédés de trois véhicules blindés, équipés de canons à eau.

Heurts entre manifestants et policiers à Kiev

© REUTERS

19h44 : Klitschko prend la parole. Les leaders de l'opposition, dont Vitali Klitschko, s'adressent aux manifestants.

19h40 : Ban Ki-moon "inquiet". Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, se dit "extrêmement inquiet" et appelle à "reprendre un dialogue véritable".

La police a donné l'assaut à Kiev.

© REUTERS

19h19 : Assaut. La police ukrainienne lance effectivement l'assaut contre les manifestants. Un incendie est actuellement en cours sur la place de l'Indépendance, où des bruits d'explosions peuvent être entendus.

19h00 : Violences et explosions. Des bruits d'explosions peuvent être entendus sur la place, où l'assaut de la police semble avoir commencé. Sur Twitter, des journalistes affirment que les autorités utilisent des gaz lacrymogène et des canons à eau.

18h30 : Berlin hausse le ton. Franck-Walter Steinmeier, ministre allemand des Affaires étrangères, brandit la menace de "sanctions personnelles" de l'UE contre "celui qui est responsable de décisions qui conduisent à des effusions de sang dans le centre de Kiev ou autre part en Ukraine".

18h26 : La mairie de nouveau occupée. La mairie de Kiev, évacuée dimanche après des semaines d'occupation, est de nouveau investie par les manifestants.

18h14 : Nouveau bilan. La police ukrainienne fait désormais état de neuf morts, sept civils et deux policiers.

17h32 : La réaction de la France. Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangèrse, dénonce une "usage indiscriminé de la force" à Kiev. "J'appelle l'ensemble des parties à faire preuve de la plus grande retenue et à reprendre immédiatement le chemin du dialogue", a-t-il ajouté.

17h22 : L'appel de Washington. La Maison-Blanche exhorte le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, à "mettre fin aux affrontements", en prévenant que le recours à la violence ne "résoudra pas la crise".

17h00 : Un policier tué.Le ministère de l'Intérieur annonce la mort d'un policier, qui a succombé à une blessure par balle au cou.

16h53 : Femmes et enfants. Le leader de l'opposition Vitali Klitschko demande aux nombreuses femmes et aux enfants de quitter la place de l'Indépendance, encerclée par la police. Il n'exclut pas un assaut des forces de l'ordre. L'ultimatum fixé par les autorités expire dans sept minutes. Les leaders de l'opposition prennent tour à tour la parole devant la foule de Maïdan.

16h46 : Balles en caoutchouc contre cocktails molotov. Depuis le début de la journée, les manifestants et les policiers s'affrontent avec leurs armes, cocktails molotov d'un côté et balles en caoutchouc de l'autre.

Police Ukraine

© Reuters

16h29 : L'UE "très préoccupée". Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne, assure que l'UE est "très préoccupée" par "l'inquiétante escalade" de la violence dans le pays. "J'appelle les dirigeants de l'Ukraine à s'attaquer auxracines de cette crise (...). Les responsables politiques doivent à présent assumer leur responsabilité partagée pour reconstruire la confiance et créer les conditions d'une solution efficace à la crise politique", a-t-elle ajouté.

A la veille d'un Conseil des ministres franco-allemands, le ministre allemand des Affaires étrangères Franck-Walter Steinmeier a également exhorté "les groupes qui s'opposent en Ukraine à revenir avec urgence à la voie suivie ces derniers jours et à discute rd'une solution politique".

16h01 : Le bilan s'alourdit. La police ukrainienne annonce que cinq civils sont morts dans les violences à Kiev. Dans la capitale, toutes les lignes de métro ont été fermées et les policiers anti-émeutes s'approchent du Maïdan, cette place occupée depuis trois mois, qui est le centre névralgique de la contestation.

15h15 : Ultimatum. Les autorités laissent deux heures pour le retour au calme avant une intervention dans Kiev. "Si les troubles n'ont pas pris fin d'ici 18h00 (heure locale, ndlr.), nous serons dans l'obligation de rétablir l'ordre par tous les moyens légaux", a indiqué le ministère ukrainien de l'Intérieur et les services spéciaux (SBU). "Nous mettons en garde les têtes chaudes au sein de l'opposition: le pouvoir a les moyens de rétablir l'ordre (...)."

15h05 : Le ministère de la Défense demande de cesser l'occupation. Le ministère ukrainien de la Défense a ordonné mardi aux manifestants de mettre fin immédiatement à l'occupation d'un des bâtiments mis à disposition de l'armée à proximité du Parlement. Le Club des officiers, situé à une centaine de mètres du Parlement, a été pris d'assaut par des opposants.

15h00 : En direct de Kiev. La télévision ukrainienne Espreso propose des images en direct des rues de la capitale ukrainienne.



14h55 : Heurts importants dans les rues ce mardi. Depuis ce matin, les forces de l'ordre et les manifistants s'affrontent à coups de pavés et de gaz lacrymogènes.



14h30 : Trois morts à Kiev. Pour la première fois depuis le mois de janvier, trois manifestants ont trouvé la mort à Kiev. "Tous ont été atteints par balles", a indiqué Oleg Moussii, chef de service médical de l'opposition. Par ailleurs, 150 manifestants ont été blessés, dont 30 grièvement. Lesya Orobets, élue du parti Batkivchtchina, la formation de l'opposant Arseni Iatseniouk, a ajouté que d'autres étaient grièvement blessés."Les corps de trois de nos sympathisants se trouvent dans un bâtiment (proche du Parlement, ndlr.). Sept autres agonisent", a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Un manifestant a eu la main amputée, d'autres souffrent de traumatismes crâniens et de blessures aux bras et aux jambes dus principalement aux grenades assourdissantes, ont indiqué ces responsables. La police avait auparavant fait état de 37 blessés dans ses rangs.

Au mois de janvier, cinq personnes étaient mortes dans des violences en marge des manifestations.

Ukraine manifestation

© Reuters

13h45 : La Russie hausse le ton. Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, considère que les Occidentaux sont responsables de cette nouvelle flambée de violences dans la capitale ukrainienne, en raison de leur complaisance face aux éléments les plus radicaux du mouvement. 

11h30 : Le siège du parti du président occupé. Plus tôt dans la journée, les manifestants ont pris d'assaut le siège du parti de Viktor Ianoukovitch, le président contesté. Ils ont brièvement occupé les locaux après des jets de cocktails molotov et des heurts avec les forces de police.

Ukraine parti siège

© Reuters


sur le même sujet, sujet,

HEURTS - 150 blessés à Kiev

OPPOSITION - Vitali Klitschko trop modéré ?