Tunisie : un remaniement en profondeur

  • A
  • A
Tunisie : un remaniement en profondeur
@ REUTERS
Partagez sur :

Le Premier ministre reste, mais les principaux caciques du régime Ben Ali ont été écartés.

Deux semaines après le départ de Ben Ali, c'est une nouvelle équipe gouvernementale qui arrive à la tête de la Tunisie. Le Premier ministre de transition tunisien Mohammed Ghannouchi a été reconduit dans ses fonctions et a annoncé un nouveau gouvernement dont les principaux caciques de l'ancien régime Ben Ali ont été écartés des postes-clé.

Le Premier ministre a égrené à la télévision nationale la liste de son nouvel exécutif chargé d'organiser des élections démocratiques dans les prochains mois. Sept ministres ayant servi le régime de Ben Ali en sont sortis, dont ceux détenant les portefeuilles de l'Intérieur, la Défense, des Affaires étrangères, et des Finances. Douze ministères changent de titulaires dont celui des Affaires étrangères où Ahmed Abderraouf Ounaïs a été nommé. Ce diplomate de carrière déjà était sous-secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères dans la première mouture du gouvernement de transition.

La puissante centrale syndicale tunisienne UGTT avait annoncé un peu plus tôt qu'elle ne participerait pas au nouveau gouvernement de transition, mais qu'elle acceptait en revanche le maintien du Premier ministre et de deux autres ministres de l'ancienne équipe Ben Ali détenteurs de ministères purement techniques.

Des élections "transparentes"

Durant son allocution, Mohammed Ghannouchi s'est aussi engagé à ce que les élections soient organisées sous le contrôle d'une commission indépendante en présence d'observateurs internationaux pour en garantir la transparence".

Des centaines de manifestants ont exulté jeudi soir à Tunis à l'annonce du nouveau gouvernement de transition épuré des principaux caciques du régime Ben Ali mais continuaient de réclamer le départ du Premier ministre Mohammed Ghannouchi qui fut son chef de gouvernement pendant les 11 dernières années.