Tunisie : le scénario de l’attaque se précise

  • A
  • A
Tunisie : le scénario de l’attaque se précise
Seifeddine Rezgui sur la plage, kalachnikov à la main.
Partagez sur :

Une vidéo amateur circule sur les réseaux sociaux. On y voit l'auteur de l'attentat, calme, en short, kalachnikov à la main.

Trois jours après l'attentat de Sousse - le plus sanglant de l'histoire de la Tunisie avec 39 morts -, on en sait désormais un peu plus sur le déroulé des évènements. Selon des témoins de la scène, l'attaque a ainsi duré de 30 à 40 minutes. Une vidéo amateur a également été publiée, dans laquelle on aperçoit Seifeddine Rezgui rejoindre l'hôtel depuis la plage, calmement.

Les services de sécurité au banc des accusés. "Il a fallu beaucoup trop de temps pour l'arrêter !", regrettent de nombreux témoins. Les failles de sécurité, voilà sur quoi il faut travailler, selon un responsable de quartier : "nous devons former des gens pour la sécurité, comme certains en Algérie ou en Egypte. On ne sera jamais à l'abri, mais dire que le tourisme est mort, non". Pour pallier ces manquements – le ministre de l'Intérieur tunisien refuse de répondre sur ce sujet -, des membres du personnel ont essayé, comme ils le pouvaient, de protéger les touristes présents.

Rezgui

"Ces hommes ne regardaient pas, ils sauvaient des vies !" Sur l'une des premières photos du tueur qui a été publiée, on voit le jeune homme en t-shirt et short noir en train de marcher sur la plage, sa kalachnikov à la main. Derrière lui, neuf hommes, alignés, debout, semblent le regarder. Ils formaient en fait un bouclier humain pour l'empêcher d'atteindre un autre hôtel, comme l'a raconté un touriste britannique : "ces hommes ne regardaient pas, ils sauvaient des vies !", a-t-il écrit sur Twitter.

Le courage des Tunisiens. D'autres ont essayé d'assommer l'assaillant en lui jetant des pots de fleurs depuis les étages du bâtiment. La propriétaire de l'hôtel l'a confirmé au micro d'Europe 1 : "le personnel a essayé de l'abattre avec des chaises, avec des trucs à portée de la main. Malheureusement, on n'est pas armé, on n'a pas le droit". Lundi, les autorités tunisiennes ont réagi en annonçant vouloir armer leur police touristique, une première dans le pays. Quelque 1.000 agents de sécurité armés vont renforcer à partir du 1er juillet la police touristique, et seront déployés à "l'intérieur et à l'extérieur des hôtels", sur les plages et dans les sites touristiques et archéologiques. Objectif : rassurer ceux qui sont présents et ne pas décourager ceux qui voudraient venir en vacances en Tunisie.

"Pourquoi tu tues les gens. Pourquoi ?" La vidéo qui circule sur les réseaux sociaux depuis lundi matin, d'une durée de 11 minutes, est, il est vrai, pour le moins inquiétante. Europe 1 a choisi de ne pas la publier. Caché derrière un mur, l'auteur montre l'assaillant se diriger sans se presser de l'enceinte de l'hôtel vers la plage. Le Tunisien suit le tueur en gardant une certaine distance, passant devant les corps ensanglantés et sans vie de touristes. "Pourquoi tu tues les gens. Pourquoi ?", se lamente l'auteur de la vidéo. Venez, venez!", crie-t-il à des Tunisiens qu'il aperçoit non loin de là. "Police! Ohé, la police!", lance-t-il, sans que l'on sache si des policiers étaient dans les parages ou s'il les appelait de ses voeux.

Et à la fin de la séquence, on entend des tirs en rafale. Mais, cette fois, c'est la police qui est en action. Seifeddine Rezgui est allongé sur le sol, le corps criblé de balles.