Tunisie : le parti de Ben Ali conspué

  • A
  • A
Tunisie : le parti de Ben Ali conspué
Beaucoup moins violente qu'il y a quelques jours à peine, la police a dispersé les manifestants à Tunis avec des canons à eau.@ REUTERS
Partagez sur :

Des manifestations ont eu lieu dans le pays, avec comme cible le parti de l’ex-président.

Trois jours après la fuite de l’ancien président Ben Ali, la tension n’est pas encore retombée en Tunisie. Lundi, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes du pays, pour exiger cette fois la dissolution pure et simple du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), le parti de l’ancien dirigeant, exilé en Arabie Saoudite.

"On ne veut plus vivre avec le RCD"

"La révolution continue! RCD dehors!", ont scandé à Tunis plusieurs centaines de manifestants sur l'avenue Habib Bourguiba. "On ne veut personne du RCD dans le futur gouvernement, y compris le Premier ministre" Mohammed Ghannouchi, a déclaré un manifestant. "Avec notre sang et notre âme, nous sommes prêts à mourir pour les martyrs", ont encore lancé les contestataires, en référence aux dizaines de Tunisiens tués dans la répression de la révolte populaire d'un mois qui a provoqué la chute du régime autocratique.

Des défilés similaires ont eu lieu dans d’autres villes du centre-ouest du pays, comme Regueb et à Sidi Bouzid, là même où un jeune chômeur de 26 ans s'était immolé par le feu le 17 décembre, déclenchant le mouvement de révolte. "On peut vivre avec seulement du pain et de l'eau, mais on ne peut plus vivre avec le RCD", scandaient de leur côté les manifestants à Regueb.

Des miliciens fidèles à Ben Ali

Face à ces manifestations, interdites par le pouvoir, les policiers ont fait preuve de retenue, alors qu’il y a quelques jours encore, ils tiraient à balles réelles sur la foule. "On essaye d'intervenir sans violences. On est en train de dialoguer, d'essayer de les convaincre de se disperser", a indiqué un officier de police sur les lieux. Les forces de l’ordre ont tout de même fait usage de canons à eau et de grenades lacrymogènes.

Les autorités sont en fait plus préoccupées par les miliciens armés restés fidèles à Ben Ali. Anciens policiers pour la plupart, ils s'emploient à semer la panique dans la population en se livrant à des exactions et des tirs. Malgré cela, quelques rares commerçants ont eu le courage de rouvrir lundi matin dans le centre de Tunis. Peut-être le premier signe d’un lent retour çà la normale dans le pays.

DOSSIER SPECIAL - La Tunisie après Ben Ali