Tuerie : la NRA prise pour cible sur le Net

  • A
  • A
Tuerie : la NRA prise pour cible sur le Net
@ Reuters
Partagez sur :

WEB - Le lobby pro-armes, silencieux depuis la fusillade, est pointé du doigt sur les réseaux.

>> L'info. Après le drame de Newtown et ses 26 morts –dont vingt enfants-, le combat des anti-armes avance outre-Atlantique. Les appels pour durcir la législation sur les armes à feu se multiplient et ce même au sein de hauts dirigeants politiques. La sénatrice démocrate, Dianne Feinstein a annoncé dimanche qu'elle allait proposer dès l'entrée en fonction du nouveau Congrès, début janvier, une loi pour interdire les fusils d'assaut. Le maire sans étiquette de New York mais qui a soutenu le président sortant, Michael Bloomberg a également réclamé des mesures immédiates.

Dans la nuit de dimanche à lundi, Barack Obama s'est contenté d'une réponse frileuse sans annonce concrète mais le président américain ne s'interdit rien pour la suite. "Nous ne pouvons plus le tolérer. Ces tragédies doivent prendre fin. Et pour y mettre fin, nous devons changer", a-t-il affirmé. 

• La Toile s'enflamme. Sur les réseaux sociaux, beaucoup d'internautes étaient furieux contre le lobby pro-armes à feu mais pas seulement : des stars américaines sont elles aussi entrées dans le débat.

>> Guy Birenbaum, chroniqueur sur Europe 1, décrypte ces réactions sur la toile.

 

C'est le cas de Michael Moore, le réalisateur très engagé de "Bowling for Columbine". "La NRA (National Riffle association, ndlr) hait la liberté. Elle ne veut pas que vous ayez la liberté d'envoyer vos enfants à l'école. Et d'attendre qu'ils rentrent vivants à la maison", a-t-il déclaré avant de proposer une solution entre trois points : "une loi pour interdire les armes semi-automatiques, un permis, et un examen mental", a-t-il proposé sur Twitter.

Elayne Boosler, comédienne et écrivain : "quel intérêt pour le mur fiscal alors que nous avons déjà franchi le mur des armes".

facebook newtown 930-620

© Capture

Sur les réseaux, il y aussi toute une frange d'Américains qui réclament une loi pour autoriser les armes et des gardiens armés dans l'enceinte des écoles. Mais surtout, il y a énormément d'hommages rendus aux victimes. Sur Facebook, il y a des dizaines, voire des centaines de groupes et de pages de "Pray for Newton" ("Priez pour Newton"). Il y a aussi des blogs, des comptes Twitter dédiés aux familles des victimes.

La NRA se tait. Pendant ce temps, c'est silence radio du côté de la NRA. La page Facebook du puissant lobby des armes à feu est inaccessible afin d'éviter toutes réflexions "désagréables". Et l'association n'a pas dit un mot depuis vendredi-date de la tuerie- sur Twitter. Ce qui n'empêche les internautes américains de laisser leurs commentaires.

"La NRA ne représente pas les propriétaires responsables d'armes à feu. Ils représentent les marchands d'armes"

"Nous avons tous le droit à la vie, à la liberté et à la recherche du bonheur. La NRA n'en n'a rien à faire et ne s'inquiète pas pour nos enfants"

Dans un simple courriel, son porte-parole, Andrew Arulanandam, a fait savoir que son groupe ne ferait aucun commentaire sur la fusillade de Newtown "tant que les faits ne seront pas totalement établis". Autrement dit, l'association laisse passer l'orage et continue son travail de fond dans les Etats pour obtenir des victoires judiciaires. L'un des ses derniers coups d'éclat reste la décision de 2008 de  la Cour suprême déniant à la ville de Washington le droit d'interdire les armes de poing sur son territoire, rapporte Le Monde.

armes USA bandeau

© Reuters

Les membres de la NRA font également profil bas sur la Toile. L'un d'eux s'est néanmoins exprimé sur Twitter et son opinion est très claire : "les fusils ne tuent pas les gens. Ce sont les gens qui tuent", écrit Josph Smith avant de donner un conseil : "mettez en pratique le deuxième amendement : gardez votre fusil chargé avec vous à tout moment".