Trump veut échanger des "points de vue" avec le pape François

  • A
  • A
Trump veut échanger des "points de vue" avec le pape François
Le pape François a de son côté prévenu la semaine dernière qu'il aborderait avec "sincérité" ses profonds désaccords avec Donald Trump.@ AFP
Partagez sur :

Cette visite est la troisième étape de la tournée internationale de neuf jours du chef d'Etat américain. 

Le président américain, Donald Trump, se rend ce mercredi au Vatican pour y rencontrer le pape François avec lequel il entend échanger des "points de vue". Cette visite est la troisième étape de la tournée internationale de neuf jours du chef d'Etat américain après des déplacements en Arabie saoudite, en Israël et en Cisjordanie, et enfin en Europe.

Une discussion difficile ? Mais si les discussions avec les dirigeants saoudiens et israéliens se sont avérées cordiales, la rencontre du chef de l'Eglise catholique romaine et d'un homme marié à trois reprises et adepte du langage direct risque d'une plus difficile. Le souverain pontife a dénoncé à plusieurs reprises les positions défendues par Donald Trump, jugeant par exemple que privilégier la construction de murs au détriment de celles de ponts n'était pas un attitude "chrétienne".

Le Vatican n'apprécie pas ses positions.Donald Trump a de son côté reproché au pape de remettre sa foi en question. La volonté de Donald Trump d'assouplir les normes environnementales vient également à l'encontre des positions défendues par le pape qui juge que le changement climatique est essentiellement à mettre sur le compte de l'activité humaine. Le Vatican n'a pas non plus apprécié les accents anti-musulmans du discours de campagne de Donald Trump, même si ce dernier a adopté une attitude plus conciliante lors de sa visite en Arabie saoudite.

Réunir les trois religions monothéistes. Le pape François a de son côté prévenu la semaine dernière qu'il aborderait avec "sincérité" ses profonds désaccords avec Donald Trump. La visite du président américain au Vatican s'explique en partie par sa volonté de démontrer la nécessité d'un rassemblement des trois principales religions monothéistes contre le danger de l'Islam radical. "Nous avons pensé qu'il était important de réunir Islam, judaïsme, catholicisme et christianisme", a expliqué un représentant de la Maison blanche aux journalistes présents à bord de l'avion présidentiel.

Une coalition contre l'Islam radical. "En réunissant tout le monde, on peut bâtir une coalition et montrer qu'il ne s'agit pas d'un problème musulman, d'un problème juif, d'un problème catholique ou d'un problème chrétien", a ajouté ce  responsable. Après cette rencontre, le président américain s'envolera pour Bruxelles où il participera à son premier sommet de l'Otan avant de se rendre en Sicile pour celui du G7.