Trump : l'actrice porno Stormy Daniels menace de parler

  • A
  • A
Trump : l'actrice porno Stormy Daniels menace de parler
@ MANDEL NGAN / AFP
Partagez sur :

L'avocate de l'actrice a indiqué qu'après les révélations dans la presse, sa cliente ne se sentait plus contrainte par un accord de confidentialité.

L'actrice pornographique soupçonnée d'avoir eu une relation sexuelle avec Donald Trump en 2006 a menacé mercredi de faire des révélations à la presse, estimant que l'avocat du président américain l'avait de facto déliée d'un accord de confidentialité.

"Stormy va raconter son histoire". Une représentante de Stormy Daniels a fait savoir à plusieurs publications que sa cliente ne se sentait plus contrainte par un tel accord, puisque l'existence de celui-ci a été confirmée par le conseil du président, Michael Cohen. "Stormy va raconter son histoire", a-t-elle affirmé.

Tout avait commencé le 12 janvier, lorsque le Wall Street Journal avait affirmé que Stephanie Clifford, 38 ans et connue sous le nom de Stormy Daniels dans l'industrie pornographique, avait été payée pour garder le silence sur une relation sexuelle avec Donald Trump alors qu'il était marié à l'actuelle Première dame, Melania. Cette relation aurait eu lieu en 2006, quatre mois après la naissance de leur fils Barron. La Maison-Blanche avait démenti ces affirmations, qualifiées de "vieilles informations recyclées, qui ont été publiées et démenties avec véhémence avant l'élection".

"Fonds personnels" de l'avocat. L'affaire semblait être passée au second plan lorsqu'à la surprise générale l'avocat personnel de Donald Trump a confirmé mercredi soir qu'un accord avec l'actrice avait bien été conclu mais qu'il l'avait honoré de ses propres deniers. "Lors d'une transaction privée en 2016, j'ai utilisé mes fonds personnels pour faciliter un paiement de 130.000 dollars à Mme Stephanie Clifford", a déclaré Michael Cohen dans un communiqué publié mardi par le New York Times. "Ni l'Organisation Trump, ni la campagne de Trump n'était partie dans cette transaction avec Mme Clifford, et ni l'une, ni l'autre ne m'ont remboursé ce versement, directement ou indirectement", a affirmé l'avocat.