Trois Russes sur quatre approuvent les frappes aériennes russes en Syrie

  • A
  • A
Trois Russes sur quatre approuvent les frappes aériennes russes en Syrie
@ AFP PHOTO / HOMS MEDIA CENTER
Partagez sur :

Environ trois Russes sur quatre approuvent les frappes aériennes russes en Syrie selon un sondage publié jeudi. 

Environ trois Russes sur quatre approuvent les frappes aériennes russes en Syrie et presque la moitié soutiendrait le déploiement de soldats au sol, selon un sondage publié jeudi.

Les chiffres. Ainsi, 31% des Russes "approuvent entièrement" les frappes aériennes russes lancées le 30 septembre et 41% disent être "plutôt favorables aux frappes aériennes contre les positions de l'Etat islamique", selon ce sondage du centre indépendant Levada. Quelque 14% désapprouvent ces bombardements, selon le sondage effectué entre les 2 et 5 octobre auprès de 1.600 personnes dans 46 régions de Russie. Environ la moitié des personnes interrogées (46 %), approuvent par ailleurs l'éventuel "envoi de troupes russes à l'étranger" et presque autant (47%) estiment que la Russie doit "soutenir le président syrien Bachar al-Assad dans sa lutte contre l'EI et l'opposition syrienne".

Un sentiment de fierté dans la population. Fin septembre, dix jours avant le début des frappes russes, 69% des personnes interrogées par le centre Levada étaient alors opposés à l'envoi de troupes russes en Syrie. Mais après les premières frappes aériennes russes, la machine médiatique russe s'est mise en marche, en diffusant quotidiennement des reportages spectaculaires sur les pertes subies par les "terroristes" de l'EI et vantant les succès de l'armée russe, qui semblent avoir provoqué une sentiment de fierté dans la population.

Un "soutien pratiquement absolu" des Russes. Jeudi, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov s'est félicité ainsi d'un "soutien pratiquement absolu" des Russes."Nous pouvons constater, avec les chiffres des sociologues en main, que les actions du président sur la scène internationale bénéficient de facto d'un soutien absolu de la population", a-t-il déclaré, cité par l'agence publique Ria-Novosti.