Trois humanitaires de la Croix-Rouge retenus par Ansar Dine au Mali

  • A
  • A
Trois humanitaires de la Croix-Rouge retenus par Ansar Dine au Mali
En contrepartie de la remise en liberté de ces trois humanitaires, Ansar Dine réclame la libération de leur guide, arrêté par la force française Barkhane.@ AFP
Partagez sur :

Trois humanitaires de la Croix-Rouge, disparus depuis le 16 avril, sont retenus au Mali par le groupe djihadiste Ansar Dine, a-t-on appris jeudi.

Un responsable du groupe djihadiste malien Ansar Dine a affirmé jeudi à Bamako que son groupe retenait trois collaborateurs du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui, selon l'ONG, ont été interceptés sans effusion de sang le week-end dernier dans la région de Kidal, dans le nord-est du Mali.

Une libération en contrepartie. En contrepartie de la remise en liberté de ces trois humanitaires, avec lesquels le CICR affirme avoir perdu contact depuis le 16 avril, Ansar Dine réclame la libération de leur guide, arrêté par la force française Barkhane traquant les djihadistes dans le Sahel, a expliqué ce responsable d'Ansar Dine, Nourredine Ag Mohamed. "Nous avons arrêté trois personnes qui travaillent pour la Croix-Rouge. Nous voulons, avant de les libérer, que Barkhane libère Miyatène Ag Mayaris", a-t-il déclaré. 

"Pas de revendication" reçue par le CICR. "Nous n'avons pas reçu de revendication à ce stade" a indiqué une porte-parole du CICR à Genève, Claire Kaplun. "On est en contact avec tous les acteurs présents dans cette zone (...) pour pouvoir obtenir plus d'informations", a-t-elle dit, précisant: "Cela implique les leaders locaux, les autorités, les forces françaises". Le CICR avait annoncé lundi dans un communiqué avoir "perdu contact depuis samedi (16 avril) avec trois de ses collaborateurs qui étaient en mission à Abéibara", au nord de Kidal, affirmant ignorer "à ce stade les raisons de cet incident", sans toutefois clairement parler d'enlèvement, ni préciser leurs identités et nationalités. 

Interceptés par un homme à moto. Le porte-parole de l'ONG à Bamako, Valery Mbaoh Nana, avait ensuite expliqué que les membres de l'équipe dépêchée depuis le 13 avril à Abéibara, étaient sur le chemin du retour vers Kidal "lorsqu'ils ont été interceptés par quelqu'un qui était à moto et qui leur a demandé de le suivre". Au sein de l'équipe, "ils étaient quatre, il y en a un qui a été libéré" a-t-il raconté, ajoutant qu'ils avaient campé dans la nuit du 15 au 16 avril dans une zone où ont eu lieu "des opérations des forces françaises de Barkhane" qui auraient arrêté leur guide.

Ansar Dine faisait partie des groupes alliés à Al-Qaïda qui ont contrôlé le vaste nord du Mali pendant près de dix mois entre 2012 et janvier 2013. Les djihadistes ont été en grande partie chassés de cette région par une intervention internationale déclenchée en janvier 2013 par la France avec son opération Serval, remplacée depuis août 2014 par Barkhane. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.