Tricheries et amateurisme au sein de l'US Air Force

  • A
  • A
Tricheries et amateurisme au sein de l'US Air Force
@ REUTERS
Partagez sur :

POTACHES - Des officiers ont été suspendus après avoir triché à un examen de routine. Ils étaient chargés des forces nucléaires...

L'INFO. Des militaires au comportement potache, cela pourrait faire sourire. Mais quand il s'agit d'officier supérieurs chargés des forces nucléaires américaines, ça fait plutôt froid dans le dos. Mercredi, l'US Air Force a annoncé la suspension de 34 officiers accusé d'avoir triché à un examen de routine. Et il ne s'agit que du dernier épisode d'un scandale qui dure en fait depuis plusieurs mois.

Une tricherie digne de lycéens. Les 34 officiers suspendus sont tous issus de la base de Malmstrom, dans le Montana. Ils ont été pris en train de tricher à un examen de routine, organisé tous les mois. Ces officiers s'envoyaient les réponses par textos. Un comportement de lycéens qui cadre mal avec l'importance de leur fonction, qui exige qu'ils soient irréprochables : ces militaires font partie des 600 hommes d'élite chargés d'entretenir et de lancer, le cas échéant, les 450 missiles intercontinentaux du pays.

Certains avaient de la drogue. Et le scandale ne s'arrête pas là : si cette tricherie a été découverte, c'est parce que les autorités enquêtaient sur... des cas de possession de drogues par certains officiers. Onze militaires, dans plusieurs bases, sont soupçonnés. Ces derniers mois, 17 autres militaires ont été suspendus pour des négligences. Certains avaient notamment fait la sieste à leur poste, la porte de sécurité ouverte. N'importe qui aurait alors pu appuyer sur le bouton.

Le ménage a commencé. Lors d'une conférence de presse organisée mercredi, la secrétaire de l'US Air Force, Deborah Lee James, a jugé le comportement des officiers tricheurs "totalement inacceptable". Le chef d'état-major de l'US Air Force, le général Mark Welsh, a de son côté estimé qu'il n'y avait "absolument aucune excuse à ce manque d'intégrité". Chuck Hagel, le patron du Pentagone, en a aussi remis une couche en se disant "profondément troublé" par l'affaire. Et les autorités ont commencé à sévir, y compris au plus haut de la hiérarchie, en renvoyant un vice-amiral, numéro deux du commandement des forces stratégiques, et un général responsable des missiles intercontinentaux. Le premier est soupçonné d'avoir contrefait des jetons de casino, le second de s'être enivré à Moscou lors d'un voyage officiel.

sur le même sujet, sujet,

HIGH-TECH - Quand l'US Army s'inspire d'Iron Man

REFORME - L'armée américaine autorise les femmes à combattre