Total aurait aidé le Congo à contourner des règles du FMI

  • A
  • A
Total aurait aidé le Congo à contourner des règles du FMI
Le géant pétrolier aurait aidé le Congo à duper le FMI. @ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

D'après "Le Monde", Total a aidé le Congo dans les années 2000 à contourner les règles de ses créanciers via un "montage offshore impénétrable".

Le Congo aurait contourné des règles du Fonds monétaire international (FMI) dans les années 2000 à l'aide d'un montage financier mis sur pied par Total, selon une enquête du quotidien Le Monde publiée mardi, des affirmations démenties par le groupe. Le géant pétrolier français a indiqué dans un communiqué qu'il n'avait "pas contribué à aider la République du Congo à contourner la vigilance de ses créanciers internationaux".

Le Congo endetté cherche des financements. Selon Le Monde, qui a enquêté sur des documents des "Panama Papers" et des "Paradise Papers", Total a élaboré un "montage offshore impénétrable" qui a permis au Congo de vendre en 2003 une concession pétrolière à la société congolaise Likouala, "un faux nez de la République du Congo". Ce procédé a permis au Congo de toucher des liquidités, alors que le pays très endetté "était frappé de l'interdiction de s'endetter lui-même pour des projets pétroliers", explique le Monde. La société Likouala, créée en septembre 2003, était "une coquille vide sans dépense ni revenu, sans personnel ou compte en banque à son nom", gérée par Total, affirme le quotidien.

Un prêt auprès de la BNP Paribas. Cette entreprise, qui n'existe plus depuis 2011, était détenue par une "société-écran baptisée Montrow International Limited, enregistrée aux Iles Vierges britanniques", précise le journal. Pour acheter la concession pétrolière, elle a emprunté 70 millions de dollars à la banque française BNP Paribas. Contacté par l'AFP, BNP Paribas a indiqué que "la réglementation bancaire ne (leur) permet pas de répondre" à des questions sur cette affaire.

"Le FMI tenu informé". "La République du Congo a décidé de monétiser ses intérêts dans le champ de Likouala en les cédant à la société Likouala SA et a demandé à Total de l'assister dans la mise en place de cette transaction avec des établissements financiers de la meilleure réputation", s'est défendu Total. "Le FMI a été tenu informé de l'opération par les autorités de la République du Congo, notamment par un courrier daté du 17 novembre qui en atteste", a ajouté le groupe pétrolier dans son communiqué, où un lien renvoie vers le document en question, publié sur le site du FMI. Le champ pétrolier impliqué dans l'affaire avait été cédé au Congo en 2003 par Total, dans le cadre d'un accord visant à normaliser leurs relations tendues.