Tombouctou victime des islamistes

  • A
  • A
Tombouctou victime des islamistes
@ MAXPPP
Partagez sur :

Ils ont détruit des mausolées de saints, en réponse à l'annonce de l'Unesco de classer la ville.

Classée patrimoine mondial en péril, la ville malienne de Tombouctou n'est pas épargnée. Samedi, des islamistes d'Ansar Dine, un des groupes armés contrôlant le nord du pays, ont démoli des mausolées de saints musulmans dans la ville, provoquant l'émoi et la colère. Dans la foulée, Bamako a dénoncé "la furie destructrice" de ces actes assimilables "à des crimes de guerre".

Armés de pioches, houes et burins, des islamistes d'Ansar Dine, qui veulent appliquer la charia - la loi islamique - dans tout le Mali, ont détruit trois mausolées à Tombouctou en quelques heures seulement : celui de Sidi Mahmoud, Sidi Moctar et Alpha Moya.

"Ils cassaient sans peur les mausolées"

"Certains avaient des armes. Ils n'ont pas tiré. Alors, ils ont commencé par crier: 'Allah akbar!, Allah akbar' (Dieu est grand! Dieu est grand!) et avec des pioches et des houes, ils ont commencé par casser le mausolée. Quand un grand bloc du mausolée est tombé sur la tombe, ils ont commencé par crier encore 'Allah Akbar!' et après, ils sont allés vers un autre mausolée", a ajouté cet homme sous couvert d'anonymat. Un autre témoin a affirmé avoir vu des islamistes se servant de divers objets dont un burin. Selon lui, les islamistes étaient déterminés, ils "cassaient sans peur les mausolées", construits en terre sèche et de couleur ôcre, symboles d'une architecture unique qui fascinaient les visiteurs.

Tombouctou :



Agrandir le plan

Ces islamistes ont affirmé agir en représailles à la décision prise jeudi par l'Unesco de classer Tombouctou au patrimoine mondial en péril, souhaitant ainsi alerter la communauté internationale sur les dangers pesant sur cette cité aux mains des islamistes depuis fin mars. "Ansar Dine va détruire aujourd'hui tous les mausolées de la ville. Tous les mausolées sans exception", a déclaré à travers un interprète Sanda Ould Boumama, porte-parole d'Ansar Dine à Tombouctou.

L'Unesco en appelle à la communauté internationale

L'Unesco a par ailleurs demandé à l'Union africaine et à la communauté internationale de faire "tout leur possible pour aider à protéger Tombouctou et le Tombeau des Askia" à Gao, spectaculaire structure pyramidale datant du XVe siècle.

Tombouctou compte 16 cimetières et mausolées qui étaient des composantes essentielles du système religieux dans la mesure où, selon la croyance populaire, ils étaient le rempart qui protégeait la ville de tous les dangers. Fondée entre le XIe et le XIIe siècles par des tribus touareg, et surnommée notamment "la cité des 333 saints", Tombouctou a été un grand centre intellectuel de l'islam et une ancienne cité marchande prospère des caravanes.