Syrie : l'aviation russe a bombardé 875 "cibles terroristes" depuis le 1er février

  • A
  • A
Syrie : l'aviation russe a bombardé 875 "cibles terroristes" depuis le 1er février
@ AFP
3 partages

La ville syrienne d'Alep a notamment été touchée par ces bombardements de l'armée russe.

L'aviation russe a annoncé jeudi avoir bombardé 875 "cibles terroristes" en Syrie au cours des "trois derniers jours", notamment dans la région d'Alep, menacée de siège par les troupes du régime syrien.

3 jours seulement. "Au cours des trois derniers jours, du 1er au 3 février, les avions des forces aériennes russes ont réalisé 237 sorties aériennes visant 875 cibles terroristes", dans les régions d'Alep, Lattaquié, Homs, Hama et Deir Ezzor", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du ministère de la Défense, le général Igor Konachenkov. Mercredi, "l'armée syrienne, avec des groupes volontaires, a délogé les rebelles de leurs positions et libéré les localités de Nebbol et Zahra assiégées depuis quatre ans" au nord d'Alep, deuxième ville du pays, a-t-il précisé.

Alep au bord de l'état de siège. Trois jours après avoir lancé une vaste offensive, les forces loyales au président syrien Bachar al-Assad, sont parvenues à briser mercredi le siège imposé depuis 2012 par les rebelles à ces deux localités chiites. Cette victoire leur permet de couper la principale route d'approvisionnement des insurgés avec la Turquie : les rebelles d'Alep risquent ainsi de se retrouver totalement assiégés, selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Grâce aux actions de l'aviation russe, les terroristes ont subi des pertes significatives", a affirmé Igor Konachenkov.

Ces développements militaires coïncident avec le fiasco des efforts diplomatiques puisque les nouveaux pourparlers de paix à Genève ont été suspendus mercredi par l'ONU jusqu'au 25 février. L'importante percée militaire des forces de Damas rendait vaines toutes discussions, a dénoncé l'opposition syrienne, tandis que Paris et Washington ont appelé Moscou à l'arrêt des bombardements contre cette dernière.