Syrie : 42 civils tués dans de nouveaux raids de la coalition à Raqqa

  • A
  • A
Syrie : 42 civils tués dans de nouveaux raids de la coalition à Raqqa
Les forces démocratiques syriennes ont repris 60% de la ville de Raqqa.@ DELIL SOULEIMAN / AFP
Partagez sur :

L'Observatoire syrien des Droits de l'Homme a indiqué que 42 civils avaient été tués au cours de raids aériens que la coalition a mené sur Raqqa.

Au moins 42 civils ont péri lundi dans des frappes de la coalition dirigée par les Etats-Unis à Raqqa, fief du groupe État islamique (EI) en Syrie, où les raids meurtriers se sont multipliés.

Dix-neuf enfants parmi les victimes. Douze femmes et 19 enfants figurent parmi les victimes des raids qui ont frappé plusieurs quartiers du nord de la ville, où la coalition internationale appuie une offensive d'une coalition arabo-kurde contre les djihadistes, selon l'Observatoire syrien des Droits de l'Homme (OSDH).

Dimanche, au moins 27 civils dont de nombreux enfants également ont été tués dans des raids aériens de la coalition internationale sur une zone résidentielle de Raqqa, principal fief de l'EI en Syrie situé dans le nord du pays en guerre.

170 morts à Raqqa depuis 8 jours selon l'OSDH. Le nouveau bilan des victimes portent à près de 170 le nombre de civils tués depuis huit jours dans des frappes de la coalition sur Raqqa, d'après l'OSDH.

Selon le chef de l'ONG, Rami Abdel Rahmane, il y a des civils tués chaque jours dans des raids de la coalition formée de dizaines de pays et qui fournit un appui aérien crucial aux Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde engagée au sol pour chasser l'EI de Raqqa. Depuis leur entrée dans la ville début juin, les FDS ont chassé l'EI de près de 60% de la cité.

La coalition internationale dit prendre des mesures pour éviter les victimes civiles, alors que depuis 2014 elle a reconnu être responsable de la mort de 624 civils dans des frappes, selon un bilan fourni début août. Certaines organisations estiment ce nombre largement sous-estimé.

Encore 25.000 civils présents dans la partie de Raqqa aux mains de Daech. "Le pire endroit aujourd'hui en Syrie est la partie de Raqqa qui est toujours aux mains du prétendu État islamique", avait dit jeudi Jan Egeland, le chef du groupe de travail humanitaire de l'ONU pour la Syrie. L'ONU estime qu'il y a jusqu'à 25.000 civils pris au piège dans Raqqa.

Déclenché par la répression de manifestations prodémocratie et opposant initialement armée et rebelles syriens, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication d'acteurs régionaux et internationaux et de groupes djihadistes, sur un territoire morcelé. Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés.