Syrie : 100 membres des forces pro-régime tués dans une frappe de la coalition

  • A
  • A
Syrie : 100 membres des forces pro-régime tués dans une frappe de la coalition
(image d'illustration) @ HAMZA AL-AJWEH / AFP
Partagez sur :

Une frappe de la coalition menée par les États-Unis a fait une centaine de morts parmi les forces pro-régime syriennes, en réponse à une "attaque non-provoquée contre le quartier général des Forces démocratiques syriennes".

Plus de 100 membres des forces loyales au régime syrien du président Bachar al-Assad ont été tués dans des frappes effectuées en état de "légitime défense" par la coalition anti-djihadiste menée par les États-Unis, a annoncé jeudi un responsable militaire américain. 

Un "affrontement avec les Forces démocratiques syriennes". "Nous estimons que plus de 100 membres des forces pro-régime syriennes ont été tués au cours d'un affrontement avec les Forces démocratiques syriennes [la rébellion soutenue par Washington] et les forces de la coalition", a déclaré ce responsable.

Ces frappes, menées depuis mercredi, ont répondu à une "attaque non-provoquée contre le quartier général des Forces démocratiques syriennes", a-t-il affirmé, expliquant qu'entre vingt et trente obus de chars et d'artillerie avaient atterri à environ 500 mètres de ce quartier général. La coalition a riposté avec des tirs d'artillerie et des frappes aériennes. Environ 500 hommes de la coalition sont engagés dans cette riposte, a précisé le responsable américain. 

Il n'a pas précisé si les combattants pro-régime tués dans cette riposte étaient des Syriens ou bien des étrangers engagés dans une des milices pro-Assad constituées de volontaires libanais et irakiens.

Des contacts réguliers avec les Russes. Les combats ont eu lieu à huit kilomètres à l'est d'une ligne de démarcation fixée par la Russie et les États-Unis le long de l'Euphrate, les forces russes opérant à l'ouest et les forces américaines à l'est. "Les responsables de la coalition ont été régulièrement en contact avec leurs homologues russes avant, pendant et après" les frappes, a ajouté le responsable. 

Un "crime de guerre" aux yeux du régime. Dans une lettre adressée au secrétaire général des Nations unies et au président du Conseil de sécurité de l'ONU, le ministère syrien des Affaires étrangères a souligné que "cette nouvelle agression constitue un crime de guerre et un crime contre l'humanité et confirme les intentions ignobles des Américains à l'égard de la Syrie et de sa souveraineté".