Sursis précaire pour Sakineh

  • A
  • A
Sursis précaire pour Sakineh
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le régime iranien a assuré que la condamnation de cette femme à la lapidation est "suspendue".

Face à la pression internationale et à la condamnation des ONG, l’Iran temporise, donnant ainsi un peu de sursis à Sakineh Mohammadi-Ashtiani, une Iranienne condamnée pour adultère et meurtre.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a ainsi affirmé samedi qu’aucune décision finale n'a encore été prise au sujet de Sakineh Mohammadi-Ashtiani. L'application de la peine a été "suspendue", le verdict est "en cours d'examen", a assuré Ramin Mahmanparast, porte-parole du ministère.

"Pour les peines très lourdes, il y a une procédure particulière et longue. Ce verdict est en cours d'examen et lorsque la justice arrivera à une conclusion finale, elle l'annoncera", a-t-il ensuite précisé.

Mobilisation croissante

La condamnation à mort par lapidation de Sakineh Mohammadi Ashtiani, mère de famille de 43 ans, pour adultère et complicité dans le meurtre de son mari, selon Téhéran, a suscité depuis deux mois une forte émotion et une mobilisation croissante dans les pays occidentaux. Samedi, à Paris, 200 personnes ont manifesté contre sa condamnation à mort.

"S'agissant du cas de Mme Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée à la lapidation, je pense, comme vous, que le moment est proche pour l'Union européenne d'exprimer collectivement son rejet de pratiques d'un autre temps", a déclaré vendredi la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.

La France a demandé vendredi aux pays de l'Union européenne d'envisager une menace de sanctions contre l'Iran pour pousser Téhéran à épargner cette mère de famille, condamnée en 2006 puis à nouveau, en appel, en 2007.