Suisse : un homme met le feu dans un train et poignarde des passagers

  • A
  • A
Suisse : un homme met le feu dans un train et poignarde des passagers
L'homme a mis le feu à un wagon. @ BEAT KAELIN / NEWSPICTURES.CH / AFP
Partagez sur :

Un homme a mis le feu au wagon d'un train en Suisse à l'aide d'un produit inflammable, et blessé six passagers avec un couteau. L'un d'eux est décédé dimanche. Le mobile reste inconnu. 

Un homme a mis le feu dans un train en Suisse samedi après-midi et poignardé des passagers, tuant une passagère et blessant cinq autres personnes, selon le dernier bilan délivré dimanche en début après-midi. "L'homme, un Suisse de 27 ans, a versé du liquide inflammable (...) qui a pris feu", a dit la police de Saint-Gall, ajoutant qu'il était "également armé d'au moins un couteau". L'attaque a eu lieu dans un train circulant dans l'est, près de la gare de Salez, le long de la frontière avec le Liechtenstein. 

Des victimes brûlées ou poignardées. Les victimes sont un enfant de six ans, deux hommes de 17 et 50 ans, et trois femmes de respectivement 17, 34, et 43 ans. C'est la femme de 34 ans qui ai décédé dimanche des suites de ses blessures. L'agresseur de 27 ans est également décédé. Les passagers qui souffrent de blessures à l'arme blanche et de brûlures avaient tous été hospitalisés..

92.000 euros de dégâts. Des dizaines de passagers se trouvaient à bord du train au moment de l'attaque. Les secours, dont trois hélicoptères, deux médecins urgentistes et trois ambulances, se sont massivement déployés sur le site, a précisé le média suisse 24 heures. La police a précisé que le montant des dégâts causés au train s'élevait à 92.000 euros. 

Un crime passionnel ? Une enquête criminelle a été ouverte, le mobile de l'assaillant reste pour l'heure inconnu : les autorités ont toutefois jugé la piste terroriste "très improbable" et n'excluent pas qu'il puisse s'agir d'un crime passionnel. Cette attaque intervient dans un climat de forte tension en Europe suscité par une vague d'attentats au cours des derniers mois, dont beaucoup ont été revendiqués par le groupe djihadiste Etat islamique.