Suède : une mosquée ravagée par un incendie probablement criminel

  • A
  • A
Suède : une mosquée ravagée par un incendie probablement criminel
L'incendie a semble-t-il démarré à l'extérieur du bâtiment.@ ANDERS WIKLUND / TT NEWS AGENCY / AFP
Partagez sur :

Une mosquée chiite a été ravagée par un incendie dans la nuit près de Stockholm, probablement d'origine criminelle selon la police suédoise.

La plus grande mosquée chiite en Suède, située dans la banlieue de Stockholm, a été ravagée dans la nuit de dimanche à lundi par un incendie vraisemblablement d'origine criminelle, selon la police suédoise. Les pompiers ont été alertés peu avant 00h30 (23h30 heure française) de ce feu dans le quartier de Jakobsberg à Järfälla. "Cela brûlait violemment au niveau de la façade, à l'extérieur du bâtiment", a précisé la police dans un communiqué. Une enquête pour incendie criminel a été ouverte.

Des milliers de fidèles inquiets. "Cela semble avoir été allumé depuis l'extérieur", a déclaré à l'agence de presse TT un porte-parole de la police de Stockholm, Lars Byström. Aucun blessé n'est à déplorer. Les services de sécurité (Säpo) ont été associés à l'enquête en raison de l'éventualité d'un motif politique, a ajouté ce porte-parole. "C'est la plus grande mosquée chiite en Suède, avec des milliers de fidèles (...) Ils sont vraiment inquiets", a affirmé à la chaîne de télévision publique SVT un porte-parole de l'association qui gère la mosquée, Akil Zahiri. 



Des précédents. Plusieurs mosquées ou locaux d'associations musulmanes en Suède ont été visés ces dernières années par des incendies d'origine criminelle, dont les auteurs le plus souvent ne sont pas retrouvés. En avril 2016, un homme de 31 ans ayant professé sa xénophobie avait été condamné à trois ans de prison pour avoir mis le feu avec un bidon d'essence à une mosquée de Borås, dans le sud-ouest du pays. Le 7 avril dernier, cinq personnes avaient été tuées en Suède dans un attentat au camion bélier dans le centre de Stockholm. L'auteur de l'attaque est un Ouzbek en situation irrégulière sur le territoire suédois, qui ne cachait pas ses "sympathies djihadistes" sur les réseaux sociaux selon la police.