SOPA : le web américain plongé dans le noir

  • A
  • A
SOPA : le web américain plongé dans le noir
Partagez sur :

Plusieurs sites protestent contre deux textes de loi durcissant la lutte contre le piratage en organisant un blackout.

Ils ont tenu leur promesse. Annoncé il y a quelques jours, le blackout d’un certain nombre de sites américains était bien effectif mercredi. En cause, les projets de loi américains SOPA et PIPA, en discussion au Congrès, qui offrent aux ayants droit des moyens très importants pour défendre leurs intérêts, sous couvert de lutte contre le piratage.

En guise de protestation, plusieurs pionniers du web ont décidé de procéder à un black out, qui consiste à fermer leurs sites ou a minima à renvoyer, à partir de leurs pages d’accueil, vers un lien qui explique les raisons de leur opposition. "Légalement, seuls les dirigeants d’un site peuvent faire cette opération", rappelle à Europe1.fr Jérémie Zimmermann de la Quadrature du Net.

Jimmy Wales, le fondateur de Wikipedia, est un des fers de lance de la contestation qui agite Internet depuis quelques mois. "Imaginez un monde sans gratuit de la gratuité", peut-on lire sur la page d’accueil de la version anglaise de l’encyclopédie en ligne. Un lien renvoie vers la page Wikipédia expliquant les dispositions contenues dans les lois PIPA et SOPA.

18.01 black out Sopa Pipa wikipedia capture 930620

Voilà la page que les internautes anglo-saxons verront en se connectant au navigateur Firefox. Le logo est barré d’un bandeau noir  sur lequel est écrit "Stop à la censure".

18.01 black out sopa pipa mozilla capture 930620

Google rejoint le mouvement de protestation en publiant sur sa page d’accueil un lien pour informer les internautes américains des conséquences de l’application des lois actuellement en discussion. Plus mesuré que Wikipédia, le moteur de recherche ne bloque pas son accès. Pourtant,  l’impact de son action d’information devrait être considérable compte tenu de son énorme audience.

18.01 black out sopa pipa google capture 930620

La magazine Wired, spécialisé dans les nouvelles technologies, a choisi de recouvrir de noir les titres du jour. Seul un lien vers la pétition contre l'adoption des textes est visible directement.

18.01 blackout wired capture 930620

En France aussi, des activistes du web ont décidé de bloquer leur site par solidarité. C’est le cas de Korben, un site d’actualités high tech.

18.01 black out sopa pipa korben capture 930620

La Quadrature du Net, une organisation qui défend la vision d’un Internet libre, affiche elle aussi une page d’accueil temporaire pour alerter sur les dangers de ces textes. En plus de PIPA et SOPA, elle rappelle les dangers de l’accord européen sur la contrefaçon ACTA, en débat au Parlement européen.

18.01 black out sopa pipa quadrature net capture 930620