Singapour propose un réveillon de rêve pour un bitcoin (et ça ne marche pas)

  • A
  • A
Singapour propose un réveillon de rêve pour un bitcoin (et ça ne marche pas)
@ GEORGE FREY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Un bitcoin se négociait quand même à 13.000 dollars(10.800 euros) ce dimanche.

Limousine, majordomes et vue plongeante sur le feu d'artifice de Singapour... Un bar de la ville-Etat propose un réveillon du Nouvel An au tarif inhabituel d'un bitcoin. Mais au cours actuel de la monnaie virtuelle, la formule peine à convaincre.

Formule premium. Situé au 45e étage d'un gratte-ciel, Skyline, qui se présente comme "le plus haut club de crypto-monnaie au monde" promet un changement d'année luxueux avec champagne, homard et caviar à ses clients qui s'habilleront en blanc pour cette soirée intitulée "Bianco". Ce réveillon n'est pas une première pour l'établissement habitué des Saint-Sylvestre sélect. Mais c'est la première fois qu'il propose, en plus de toute sa gamme d'offres normales, une formule premium à un bitcoin. La cryptomonnaie a cependant flambé cette année, manquant de peu en début de semaine dernière d'enfoncer la barre des 20.000 dollars, après avoir commencé 2017 autour de 1.000 dollars. Et dimanche un seul bitcoin se négociait encore près de 13.000 dollars (10.800 euros).

De nombreuses demandes d'info mais pas de réservation. Subaish Rajamanickam, gérant de Skyline, a dit avoir reçu de nombreuses demandes d'information au sujet du réveillon à un bitcoin, mais aucune réservation. Skyline fut le premier club de Singapour à prendre des paiements en cryptomonnaie, en acceptant initialement les réglements en Ethereum, une concurrente de bitcoin. "Nous avons organisé des afters et nous avons même une soirée à thème qui s'appelle 'Crypto Thursdays'" ("Les Cryptojeudis"), explique le gérant. Reste que la majeure partie des transactions au Skyline se font en monnaie traditionnelle, la volatilité des cryptomonnaies alimentant le scepticisme des consommateurs. "Cela coûte trop cher d'acheter de l'alcool où de régler une transaction avec des cryptomonnaies dans l'environnement actuel", estime Spencer Campbell, un consultant en finance de 47 ans.