Japon : Shinzo Abe parle d'un nouveau départ dans les relations avec la Chine

  • A
  • A
Japon : Shinzo Abe parle d'un nouveau départ dans les relations avec la Chine
Shinzo Abe a déclaré qu'il comptait s'entretenir avec le Premier ministre chinois à Manille après le sommet de Danang.@ AFP
Partagez sur :

En marge du sommet de l'Apec, le Premier ministre japonais dit avoir proposé de se rendre en Chine au moment qui conviendrait.

Le Premier ministre nippon, Shinzo Abe, a déclaré samedi que sa rencontre avec le président chinois Xi Jinping au Vietnam représentait un nouveau départ dans les relations sino-japonaises. "À la fin de la rencontre, le président Xi a déclaré que cette entrevue marquait un nouveau départ dans les relations entre le Japon et la Chine. Je suis exactement du même avis", a dit Shinzo Abe à la presse.

Le chef du gouvernement japonais dit avoir proposé de se rendre en Chine au moment qui conviendrait, après quoi le numéro un chinois viendrait à son tour au Japon. Les deux hommes se trouvaient samedi à Danang, au Vietnam, à l'occasion du sommet de l'Apec (Forum économique Asie-Pacifique).

Les deux dirigeants ont discuté de la Corée du Nord. Shinzo Abe a déclaré qu'il comptait s'entretenir avec le Premier ministre chinois, Li Keqiang, à Manille, après le sommet de Danang. Abe et Xi Jinping se sont mis d'accord en outre sur la nécessité d'organiser un sommet trilatéral les réunissant avec le chef de l'État sud-coréen et cela le plus rapidement possible. Le chef du gouvernement japonais et Xi Jinping ont parlé de la crise liée au programme nucléaire nord-coréen et disent être convenus d'intensifier leur coopération dans ce domaine. "Alors que la situation en Corée du Nord se trouve dans une phase importante, le rôle que la Chine doit jouer est très grand", a estimé Shinzo Abe.

Des îlots revendiqués par la Chine. Les relations entre la Chine et le Japon ont connu des phases de forte tension à partir de 2012, du fait de contentieux territoriaux comme les îlots inhabités administrés par le Japon sous le nom de Senkaku et revendiqués par la Chine sous celui de Diaoyu, en mer de Chine orientale.