Sept entrepreneurs originaires de Molenbeek refusés d'entrée aux États-Unis

  • A
  • A
Sept entrepreneurs originaires de Molenbeek refusés d'entrée aux États-Unis
Le coût d'annulation du voyage représente 3.000 euros personne. (Illustration)@ AFP
Partagez sur :

Les membres d'un espace de coworking devaient s'envoler aux États-Unis mais sept d'entre eux n'ont pas obtenu l'autorisation nécessaire pour entrer sur le sol américain.

Pour les 14 membres de MolenGeek, un espace de coworking spécialisé dans le numérique dans la ville belge de Molenbeek, c'est la douche froide. Alors qu'ils devaient se rendre vendredi aux États-Unis pour y faire découvrir leur talent, sept d'entre eux ont vu leur autorisation électronique refusée, pour entrer sur le sol américain. "Peut-être que quelqu'un a des idées reçues sur Molenbeek", témoigne le cofondateur de MolenGeek Ibrahim Ouassari, dans La Libre Belgique. "Je ne vais pas insinuer quelque chose mais j'ai vraiment beaucoup de mal à expliquer aux jeunes que c'est le fruit du hasard", poursuit-il.

Molenbeek, la ville belge où plusieurs terroristes sont passés. Accusée d'être un foyer de radicalisation islamiste, la commune bruxelloise souffre d'une mauvaise réputation. Le responsable de l'attaque du Thalys ainsi que l'auteur du massacre de l'Hyper Cacher s'y seraient procuré leurs armes. L'un des membres du commando des attentats de Madrid en 2004 y aurait séjourné, comme l'auteur de l'attaque contre le Musée juif de Bruxelles aussi, tout comme le commando des attentats de Paris. "Ce refus [de visa] n'est pas lié aux origines je pense, mais à l'équipe MolenGeek. Ibrahim, Isamel, Soumaya, mais aussi Guillaume ou Jean n'ont pas obtenu l'autorisation", explique Ibrahim Ouassari.

L'accès au territoire reste interdit pour une personne. Solidaires, les autres membres de MolenGeek sont restés à Bruxelles. "Nous avons fait une demande de visa en urgence. Même si nous l'obtenons, nous allons rater une grande partie de notre programme qui était très chargé", poursuit le cofondateur de MolenGeek. Selon La Libre Belgique, le ministère des Affaires étrangères a affirmé que l'ambassade américaine à Bruxelles avait réexaminé la situation des sept jeunes personnes. Six d'entre elles devraient pouvoir prendre un avion mardi. L'accès au territoire reste en revanche refusé pour la septième. Le ministre des Affaires étrangères belge Didier Reynders a de son côté affirmé sur Twitter que tout était rentré dans l'ordre que toute l'équipe devait pouvoir s'envoler. 



Les entrepreneurs devaient être reçus à l'ONU. Aux États-Unis, les jeunes entrepreneurs devaient visiter la Silicon Valley, l'entreprise Facebook, Twitter et Google et l'un des plus grands salon du numérique au monde à San Francisco. Les membres de MolenGeek devaient aussi être reçus à l'ONU, en compagnie du vice-Premier ministre Alexander De Croo.

Le coût d'annulation représente 3.000 euros personne. "Il y a énormément de frustration et de déception", regrette Ibrahim Ouassari. "Certains des membres de la communauté avaient oublié ce qu'on leur avait expliqué toute leur vie : le fait qu'ils étaient exclus. [...] Cela ramène les vieux fantômes", conclut-il.