Semprún, un homme "hors du commun"

  • A
  • A
Semprún, un homme "hors du commun"
@ Maxppp
Partagez sur :

REACTIONS - L’émotion est grande au lendemain de la mort de l’intellectuel Jorge Semprún.

L’écrivain Jorge Semprún est mort mardi à l’âge de 87 ans, à Paris. Son ami Costa-Gavras lui rend hommage. "C’était quelqu’un d’une très grande qualité humaine, de grand talent d’écrivain et de scénariste", a confié à Europe 1 le réalisateur. Dans les années 60 et 70, Jorge Semprún a écrit pour le réalisateur d'origine grecque les scénarios de Z, L'Aveu et Section spéciale.

"Un grand talent d'écrivain et de scénariste" :



"Un homme d’une grande qualité humaine"



Le président Nicolas Sarkozy a salué la "figure tutélaire parmi les écrivains engagés du XXe siècle" et souligné sa contribution "décisive" à "la compréhension des ressorts des totalitarismes". "Il était l'un des derniers grands acteurs d'une époque tragique mais rayonnante de l'histoire intellectuelle et littéraire de notre pays", a conclu le chef de l'Etat.

Jack Lang, ancien ministre de la Culture, a déclaré mercredi "pleurer l'immense écrivain qu'était Jorge Semprun, mais aussi très profondément l'ami, le militant" avec lequel il a partagé souvent "les mêmes combats, les mêmes convictions". "Je ne peux oublier la période exaltante pendant laquelle nous occupions simultanément les fonctions de ministre de la Culture, lui en Espagne, moi en France", se souvient M. Lang dans un communiqué. "Nous formions, en particulier entre 1988 et 1991, un duo inséparable", dit-il.

Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a également endu hommage à l'intellectuel espagnol, "écrivain majeur" mais aussi "grand témoin de notre temps", qui avait "choisi la langue française comme seconde patrie". "Jorge Semprun, pour qui "l'indicible, c'est ce qu'on ne peut pas taire", restera pour nous tous l'une des plus belles figures du penseur engagé au service de l'idéal européen", a affirmé le ministre dans un communiqué, rappelant que "la liberté, la dignité et l'honneur de la condition humaine" étaient au coeur de ses préoccupations.

"Un personnage hors du commun"

"Exilé, résistant, déporté, cet homme qui a mis bien souvent sa vie en jeu, cet écrivain qui a su prendre les risques de ses engagements, aura connu aussi la joie d'être reconnu par ses contemporains", en tant que "ministre de la Culture passionné par sa tâche" en Espagne et aussi comme "auteur majeur" en France, a souligné Frédéric Mitterrand.

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, quant à lui, s'est dit "très ému" de la disparition de Jorge Semprun en qui il a salué "un personnage hors du commun", "un écrivain engagé" avec "une histoire personnelle magnifique". "Des évènements comme ceux de la disparition d'un grand écrivain c'est parfois l'occasion de les découvrir ou de les redécouvrir, et je ne saurais trop inviter à le faire", a-t-il dit.

Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur, a également réagi à la disparition de l'écrivain. "Jorge Semprun est mort, moment d'émotion et de tristesse. Je vais relire L'écriture ou la vie", écrit-elle sur son compte Twitter, mercredi matin.

Un homme très engagé

Le président d'Europe1, Denis Olivennes, avait noué des liens très forts avec Jorge Semprún. Ils devaient même écrire un livre ensemble. Il a partagé son émotion, mercredi matin sur Europe 1, décrivant Jorge Semprún comme trois hommes à la fois. Tout d’abord, "il était un homme très engagé, qui a été un très jeune résistant, militant communiste, puis qui a participé à la fin du Franquisme et au renouveau démocratique", s'est souvenu Denis Olivennes.

"Mais il était aussi un formidable écrivain, qui avait écrit des scénarios avec Costa-Gavras", a-t-il poursuivi ajoutant qu’"il y a un troisième homme, qui est peut-être le plus important à mes yeux : il a connu l’expérience, à Buchenwald, des camps de concentration et en a tiré une médiation sur l’être humain très profonde et très sensible dont l’expérience de la mort, de la torture". "C’est là que se fondait principalement son humanisme, son goût de la démocratie, de la liberté et de la construction européenne", a-t-il conclu Denis Olivennes.

"Il a lutté pour une Europe démocratique"

C'est également cet amour pour l'Europe qu'a tenu à saluer la ministre espagnole de la Culture Angeles González-Sinde, rapporte El Mundo. Elle a souligné le rôle capital joué par JJorge Semprún "pour la culture européenne". "Il était l'un des meilleurs défenseurs du concept européen et il a lutté, littéralement, pour une Europe démocratique", a-t-elle ajouté.

L'ancien ministre espagnol de la Culture, Javier Solana, a également rendu hommage à son "ami Jorge" via son compte Twitter. "Il est impossible pour moi de dire en 140 signes (la longueur maximum d'un message sur Twitter, NDLR) pour écrire ce que signifie la mort de Jorge", a-t-il écrit en réponse aux questions des twittos, mardi soir. "Le silence est le meilleur hommage pour mon ami", a-t-il ajouté.