Séisme au Mexique : "C'était le chaos, des gens criaient, pleuraient"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Plusieurs centaines de personnes ont péri mardi lors d'un violent séisme qui a secoué le centre du Mexique. Hugo, Julio ou Freddy ont vécu le tremblement de terre à Mexico. Ils font part de leur émotion à Europe 1.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

"C'était le chaos. J'ai vu deux bâtiments s'effondrer devant moi. Des bâtiments de quatre et dix étages. Les gens n'ont pas pu sortir à temps". Quelques heures après le violent tremblement de terre qui a secoué le centre du Mexique, faisant plusieurs centaines de morts, Julio, employé d'un hôtel de la capitale mexicaine est toujours sous le choc. "Les gens pleuraient, criaient et puis on a essayé de sortir les gens des décombres", explique-t-il mercredi sur Europe 1.

Des vidéos postées sur les réseaux sociaux témoignent de la violence des secousses, d'effondrements d'immeubles et même d'une forte explosion dans un bâtiment. "Il y avait une forte odeur de gaz, on a entendu plusieurs explosions", confirme Julio. "Tout le monde avait l'interdiction d'allumer des cigarettes dans le quartier", ajoute Hugo, Français résidant à Mexico, également présent lors du tremblement de terre.

"Une ambiance chaotique". "Quand je suis rentré à l'appart, il y avait tout par terre, des fissures dans le plafond, des miroirs de cassés. Le meuble télé, qui doit bien faire 70 kilos, était deux mètres plus loin. J'ai juste fermé le gaz et je suis vite sorti de mon appart", explique-t-il au micro d'Europe 1. "C'était une ambiance chaotique, avec l'armée qui passait, les ambulances qui allumaient leurs sirènes, les voitures qui circulaient à contresens et se rentraient dedans. C'était ahurissant."

"Fort au point de ne plus tenir debout". Freddy, musicien français installé au Mexique était dans le taxi quand les premières secousses se sont faites sentir. "On a senti la voiture qui bougeait de tous les côtés. On était sur l'avenue Reforma, la principale avenue à Mexico. Les immeubles dansaient. C'était fort au point de ne plus tenir debout", assure-t-il sur Europe 1.