Scandale sexuel chez les Boy Scouts

  • A
  • A
Scandale sexuel chez les Boy Scouts
@ REUTERS
Partagez sur :

Des centaines d'abus sexuels, sur des enfants, auraient été cachés par l’organisation américaine.

Pendant plus de vingt ans, ils n’ont rien dit. La direction des Boy Scouts aurait caché aux autorités américaines des centaines de cas d'abus sexuels commis entre 1970 et 1991, rapporte dimanche le Los Angeles Times.

"Des dossiers perversion"

Après avoir consulté 1.600 dossiers confidentiels, le quotidien américain indique que pour plus de 400 cas, l'organisation avait été informée d'abus sexuel par les victimes elles-mêmes, leurs parents, des membres de l'encadrement ou des dénonciations anonymes. personne n'a jamais rien dit aux autorités.

L'organisation, qui compte près de quatre millions de membres, a longtemps cherché à enterrer ces affaires. Des "dossiers de perversion", dans lesquels figuraient les noms des auteurs d’abus, ont été compilés et mis sous clef. Puis la direction a laissé partir ces animateurs, expliquant - officiellement - qu’ils avaient trouvé un autre emploi.

Des directeurs de camp avaient prévenu

Le directeur du camp des Boy Scouts du Michigan a expliqué, ces derniers jours à la police, que ses supérieurs, en 1982, lui avaient demandé de taire ces abus pour protéger la réputation de l’organisation.

La même année, c’est le directeur du camp de Virginie qui avait contacté les avocats de l’organisation afin de recevoir de l’aide. Il voulait stopper un "ancien" de l’organisation qui aurait abusé, tout au long de sa carrière, des enfants. La direction lui avait alors conseillé de taire les faits et rien n’avaient jamais été reporté à la police.

Les Boy Scouts s’excusent

Boy Scouts of America va être confrontée dans les prochaines semaines à de nombreuses poursuites en justice, souligne le quotidien américain. La Cour suprême de l'Oregon, dans le nord-ouest des Etats-Unis, a ordonné une enquête publique sur 1.200 dossiers allant de 1965 à 1985, incluant certains cas dénoncés par le Los Angeles Times. L'organisation fondée en 1910 a présenté ses excuses aux victimes et s'est engagée à coopérer avec les autorités.