Sarah et Céline sont sorties de prison

  • A
  • A
Sarah et Céline sont sorties de prison
Partagez sur :

Les deux jeunes Françaises, condamnées pour trafic de drogue, sont sorties de prison mardi. Elles sont attendues mercredi à Paris.

Elles sont attendues à Paris mercredi matin. Sarah Zaknoun et Céline Faye, deux Françaises de 19 et 20 ans, graciées mercredi par le président dominicain Leonel Fernandez, vont pouvoir retrouver leurs proches après 18 mois de calvaire.

Les deux Françaises sont sorties de prison mardi après-midi. Le secrétaire d'Etat à la Coopération Alain Joyandet est lui-même allé chercher les deux Françaises. Comme lui, elles sont originaires de Franche-Comté, où il brigue un mandat aux prochaines régionales.

"Merci infiniment", ont répété au téléphone Sarah Zaknoun (19 ans) et Céline Faye (20 ans) à Nicolas Sarkozy depuis Saint-Domingue, où elle sont arrivées par hélicoptère après leur libération de la prison de Santiago. Le président français leur a notamment prodigué des conseils de "prudence" lors de leurs prochains voyages, a indiqué Sarah Zaknoun, qui s'est également entretenue avec la première dame Carla Bruni-Sarkozy.

Sarah et Céline, parties en vacances pour fêter leur bac, en juin 2008, ont été arrêtées à l’aéroport avec six kilos de "poudre", présentée comme de la cocaïne, découverts dans leurs bagages. Les deux amies d'enfance, originaires de Besançon, ont toujours affirmé ne pas savoir d’où provenaient ces substances illicites. Elles ont aussi dénoncé un procès trop rapide. Refusant de plaider coupables, elles ont écopé d'une plus lourde peine, huit ans de prison.

Les deux jeunes filles devaient à l'origine bénéficier d'un simple rapatriement après la signature en novembre d'une convention de transfèrement entre Paris et Saint-Domingue. Sans la grâce accordée par la République dominicaine, elles auraient dû purger le reste de leur peine en France.

Dix-sept Français restent incarcérés en République dominicaine et rentreront dans leur pays, l'année prochaine probablement, pour y achever leur peine, selon le secrétariat d'Etat à la Coopération.